Gilles LADES

Gilles LADES



Né en 1949 à Figeac dans le Lot, Gilles Lades passe son enfance et son adolescence entre la région de Toulouse et le Quercy. Après ses études de Lettres Classiques à Toulouse, il poursuit une carrière de Professeur de Lettres, d’abord à Thionville, puis à Orléans et enfin dans le Lot, où il réside et travaille aujourd’hui. Les voyages qu’il aime faire à travers l’Europe nourrissent ses géographies d’explorateur poétique. Auteur de nombreux recueils, de nouvelles, d’une anthologie des poètes du Quercy, de travaux critiques, il fait partie du Comité de rédaction d’Encres Vives et de Friches et collabore à de nombreuses autres revues. Il lui a été décerné le Prix Froissart en 1987 et le Prix Antonin Artaud en 1994. La parole de Gilles Lades, rude, belle et captivante dans ses états successifs, nous a faits témoins, sur près de trente ans, d’une lente évolution, comme un passage de cime en vallée. «Descente» si l’on veut, mais sans nul affadissement, sans rien d’appauvri : au contraire, la poésie la plus vraie ne cesse d’irradier ces livres qui nous parviennent, nombreux et convaincants, de leur Quercy natal. À l’époque de Fonderie  ou des Forges d’Abel, prévalaient encore dans l’écriture un retrait essentiel, presque minéral, et par quelque côté, une rugosité souvent « héroïque ». Avec des livres comme Val Paradis, un intime pays se fit plus proche, ébloui de mémoire et tempéré d’humanité.

Paul FARELLIER

(Revue Les Hommes sans Épaules).


Oeuvres de Gilles Lades

Poésie: Lames de fond, Millas Martin, 1977 – Pierre à dire, Encres vives, 1983 – Ravins étoilés, Chambelland, 1986 – Vers la source murée, Encres vives, 1986 – Les Bastions bleus, Prix Froissart, 1987 – Saisons l’éternel présent, Traces, 1989 – Au plus près, Encres vives, 1990 – Le Chemin Contremont, Hautécriture, 1990 – Fonderie, Cahiers de poésie verte, 1991 – Portraits sans noms tableaux, Rougerie, 1992 – Carnets d’Europe, Encres vives, 1992 – Reprises, À contre-silence, 1992 – De vives gravures, Clapas, 1993 – Journalier du sans repos, Traces, 1993 – Les Forges d’Abel, La Bartavelle, 1993, prix Antonin Artaud, 1994 – Le Balayeur, L’Arbre à paroles, 1994 – Le Causse et la Rivière, l’Arrière pays, 1994 – Notes d’abandon, Encres vives, 1995 – Poèmes égarés, Clapas, 1996 – Serres sur Garonne, Encres vives, 1996 – Le Trait cassé, La Bartavelle, 1996 – La Moitié du Symbole, Rougerie, 1997 – Cœurs du Célé, Encres vives, 1997 – Le Pays scellé, Cadratins, 1998 – Val Paradis, Cahiers de poésie verte, 1999 – Visages pour mémoire, Encres vives, 2001 – Lente lumière, L’Amourier, 2002 – De poussière et d’attente, L’Arrière-Pays, 2002 – Solstice de décembre, Le Nœud des Miroirs, 2003 – Ubaye aux confins du bleu, Encres vives, 2003 – Mémoire des limbes, Gros textes, 2004 – Dans le silence du tableau, Le Poémier de plein vent, 2004 – Poèmes, La Porte, 2004 – Soleil porte du monde, Encres vives, 2005 – Le Temps désuni, Sac à mots, 2005 – Front de taille, Encres vives, 2006 – Personne perdue, Gros textes, 2007 - Vue seconde, Éditions Encres vives, 2008 - Le Passage et le Songe, Les Amis de la Poésie, 2008 -  Portails de Charentes, Éditions de l’Atlantique, 2010 - Témoins de fortune, Éditions L’Arrière-Pays, 2010 - Graines & fleurs, peintures de Nathalie Pouillault-Boyaval, Éditions Apeiron, 2013 - Une source au bout des pas, Éditions La Porte, 2014.

Prose et paysage : Rocamadour : le sanctuaire et le gouffre. Tertium, 2006 - Les Vergers de la vicomté, peintures de Gilles Sacksick. Éditions Tertium, 2010 - Quercy de ciel de roche et d'eau, avec des photographies de Guy Kunz-Jacques, Éditions Tertium, 2015.

Récits : Dans le chemin de buis, Éditions du Laquet, 1998 - Sept solitudes, Éditions du Laquet, 2000 -    Dans le chemin de buis, Éditions Encres Vives, 2007.

Théâtre : Tout autour du silence, Éditions Caractères, 1977.

Anthologie : Anthologie des poètes du Quercy, Éditions du Laquet, 2001.



Publié(e) dans la revue Les Hommes sans épaules


 
Dossier : JORGE CAMACHO chercheur d'or n° 23