Yvan GOLL

Yvan GOLL



Yvan Goll est ce poète vosgien, né à Saint-Dié-des-Vosges, le 29 mars 1891 et mort à Neuilly-sur-Seine le 27 février 1950, d’une leucémie, à l’âge de 58 ans. Son œuvre, écrite dans trois langues (allemand, français, anglais) est immense, qui embrasse tous les mouvements artistiques (expressionnisme, dada, cubisme, surréalisme, jusqu’à au réisme, qu’il inventa) et embrase tous les genres (la poésie, principalement, bien sûr, mais aussi le roman, le théâtre, l’opéra, sans compter les essais, les traductions et les anthologies), comme elle le fait de son époque, dont elle traverse tous les drames, à commencer par l’annexion allemande de l’Alsace-Moselle :

Yvan Goll (de son vrai nom Isaac Lang) est né « juif par destin, né français par hasard, enregistré comme allemand par les papiers administratifs ». Son père, Abraham Lang, qui possédait une petite entreprise textile ainsi qu’un vignoble, est originaire de Ribeauvillé, en Alsace (Empire Allemand) et sa mère, Rebecca Lazard, originaire d’une famille de la bourgeoisie juive de Metz, en Moselle (Empire Allemand). Georg Trakl, Vladimir Maïakovski, Chagall, Fernand Léger, Miro, George Grosz, Kandinsky, Stefan Zweig, Rainer Maria Rilke, Bertolt Brecht, Hermann Hesse, Paul Celan… furent ses amis.

Yvan Goll est décédé d’une leucémie le 27 février 1950, à l’âge de cinquante-huit ans, à l’Hôpital Américain de Neuilly-sur-Seine. Un ouvre magnifique et immense, aujourd’hui scandaleusement occultée. Nous reviendrons en 2023 sur l’immense Yvan Goll, au sein d’un prochain numéro des Hommes sans Épaules, consacré aux poètes de l'Est : Alsace et Vosges.

Christophe DAUPHIN

(Revue Les Hommes sans Epaules).

Œuvres de Yvan Goll, Poésie : Lothringische Volkslieder (Müller Verlag, 1912), Der Panama-Kanal (Alfred Richard Meyer Verlag, 1912), Films (Verlag der Expressionistischen Monatshefte, 1914), Élégies internationales, Pamphlets contre cette guerre (éd. des Cahiers impressionnistes, 1915), Requiem pour les morts de l’Europe (éd. de Demain, 1917), Der Torso, Stanzen une Dithyramben (Roland Verlag, 1918), Dithyramben (Kurt Wolf Verlag, 1918), Die Unterwelt (S. Fischer Verlag, 1919), Paris Brennt (Verlag Zenit, 1921), Der Eiffelturm, illustrations de Robert Delaunay et Fernand Léger (Verlag Die Schmiede, 1924), Poèmes d’amour, avec Claire Goll (Jean Budry, 1925), Poèmes de jalousie, avec Claire Goll (Jean Budry, 1926), Poèmes de la vie et de la mort, avec Claire Goll (Jean Budry, 1927), Die Siebente Rose , dessins de Jean Hans Arp (Poésie et Cie, 1928), Noémi (Aldus Druck, 1929), Poèmes d’amour, Choix de poèmes 1925-1927, dessins de Marc Chagall, avec Claire Goll (Fourcade, 1930), Chansons malaises (Poésie et Cie, 1935), Métro de la mort (Cahiers du Journal des poètes, 1936), La Chanson de Jean sans Terre, dessins de Marc Chagall (Poésie et Cie, 1936), Quelques chansons (Sagesse, 1936), Deuxième livre de Jean sans Terre (Poésie et Cie, 1938), Troisième livre de Jean sans Terre (Poésie et Cie, 1939), Chansons de France (Gotham Book Mart, 1940), Landless John, bilingue (Grabhorn Press, 1944), Fruit from Saturn (Hémisphères éditions, 1946), Le Mythe de la Roche Percée, eaux-fortes d’Yves Tanguy (Hémisphères éditions, 1947), Love poems, avec Claire Goll (Hémisphères-Wittenborn, 1947), Das Goldene Tor (Verlag Schauenburg, 1948), Élégie d’Ihpetonga, suivi de Masques de cendre, lithographie de Pablo Picasso (Hémisphères éditions 1949), Le Char triomphal de l’Antimoine, eaux-fortes de Victor Brauner (Hémisphères éditions, 1949), Jean sans Terre (Seghers, 1949), Les Géorgiques parisiennes, dessins de Robert Delaunay (Seghers, 1951), Dix mille aubes, avec Claire Goll, dessins de Marc Chagall (Falaize, 1951), Les Cercles Magiques, dessins de Fernand Léger (Falaize, 1951), Traumkraut (Limes Verlag, 1951), Abendgesang , Neila Wolfgang Roihe Verlag, 1954), Bouquet italien (Journal des poètes, 1955), Multiple femme (Caractères, 1956), Bouquet de rêves pour Neila, lithographies de Joan Miro (Mourlot, 1957), Duo d’amour 1920-1950, dessins de Marc Chagall, avec Claire Goll (Seghers, 1959), L’Antirose (Seghers, 1965), Œuvres 1912-1939, 2 volumes (Émile-Paul, 1968),  L’Herbe du songe, lithographie de Sonia Delaunay (Caractères, 1971. Rééd. Arfuyen 1996), Élégie de Lackawanna, lithographie de Zao Wou Ki (éd. Saint-Germain-des-Prés, 1973), Élégies de l’Atome (Marc Pessin, 1976), J’ai grimpé dans les pruniers de Lorraine (éd. Serpenoise 1999), Lyrik, œuvres poétiques complètes, 4 volumes (Argon Verlag, 1996), Écrits pacifistes, Poèmes et proses 1914-1920 (éd. Aspect, 2016).

Théâtre, opéra : Le Nouvel Orphée (La Chaplinade, Mathusalem ou l’éternel bourgeois, Assurance contre le suicide, Édition du matin, Le Nouvel Orphée (La Sirène, 1923., Der Stall des Augias (Verlag Die Schmiede, 1924), Royal Palace, opéra, musique de Kurt Weill (Opéra d’État Berlin, 1928), Der Neue Orpheus, cantate, musique de Kurt Weill (Opéra d’État Berlin, 1928), Phèdre, opéra, musique de Marcel Mihalovici (Staatsopera Stuttgart, 1951), Mélusine (Gustav Kiepenbeuer Verlag, 1955), Mathusalem, suivi de Celui qui ne meurt pas, Assurance contre le suicide et Les Immortels (L’Arche, 1963).

Prose : Le Microbe de l’or, roman (Émile-Paul, 1927), À bas l’Europe roman (Émile-Paul, 1928), Sodome et Berlin, roman (Émile-Paul, 1929. Rééd. Circé, 1989), Agnus Dei, roman (Émile-Paul, 1929), Gala, roman (Les Œuvres Libres, Fayard, 1930), Lucifer vieillissant, roman (Corrêa, 1934), Lettre à feu Guillaume Apollinaire (Les Cahiers du Sud, 1950), Nouvelles petites fleurs de Saint François, dessins de Salvador Dali, avec Claire Goll ((Émile-Paul, 1958).

Essais : Die Drei Guten Geister Frankreichs, Diderot, Mallarmé, Cézanne (Erich Reise Verlag, 1919), Das Larecheln Voltaire’s (Rhein Verlag, 1921), Pascin (Crès, 1929).

Anthologies : Le Cœur de l’ennemi, Anthologie de poèmes contre la guerre (Les Humbles, 1918), Le Cœur de France (George Muller Verlag, 1920), Les Cinq continents, Anthologie mondiale de poésie contemporaine (La Renaissance du Livre, 1922), The Heart of Europe, Anthology of creative writing in Europe, Choix de Klaus Mann, préface de Yvan Goll (B. Fischer, 1945).

À consulter : Jules Romains, Marcel Brion, Francis Carmody et Richard Exner, Yvan Goll (Collection Poètes d’aujourd’hui, Seghers, 1956), Claire Goll, La Poursuite du vent (Olivier Orban, 1976), Yvan Goll, l’homme et l’écrivain dans son siècle (Musée de Saint-Dié-des-Vosges, 1991), Yvan Goll, situations de l’écrivain (Peter Lang, 1994), Yvan Goll, poète européen des cinq continents (Yvan Goll (Revue Europe n°899, 2004).



Publié(e) dans la revue Les Hommes sans épaules


 
Dossier : Tchicaya U TAM’SI, le poète écorché du fleuve Congo n° 54