Yves NAMUR

Yves NAMUR



Yves Namur est né à Namur (Belgique) en 1952. Médecin, éditeur, il est également l’auteur d’une trentaine d’ouvrages. Parmi ceux-ci, Les ennuagements du cœur (Lettres Vives, 2004) ou La Tristesse du figuier (Lettres Vives, 2012). Ses livres ont reçu de nombreux prix parmi lesquels le Louise-Labé, le Tristan-Tzara, le Prix littéraire de la Communauté française, le Prix international Eugène-Guillevic pour l’ensemble de son œuvre et le Prix-Mallarmé 2012 pour La Tristesse du Figuier. Yves Namur est membre de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique. 



A lire : Soleil à l'échafaud, La Dryade, 1971 ; Aux champs des écoliers, essai, Pierre Rochette, 1973 ; Meule de pierre, Atelier la Soif étanche, 1975 ; De mémoire inférieure, Art et Poésie, 1975 ; Papier journal pour myope et saxophone, Le Dé bleu, 1975 ; Lampes/Langue du borgne, Atelier la Soif étanche, 1976 ;    Des ossements, Atelier la Soif étanche, 1976 ; Le Voyage, l'obscène, L'Arbre à paroles, 1984 ;      L'Amante, nouvelles, L'Impatiente, 1990 ; Fourrures de fourmis, L'Impatiente, 1990 ; Ce long bavardage, L'Arbre à paroles, 1990 ; Le Voyage en amont, L'Arbre à paroles, 1990 ; L'Oiseau et l'effacement du jour, Cahiers Froissart, 1990 ; Trente-trois poèmes pour une petite cuisine bleue, L'Arbre, 1991 ; La Parole oubliée, Le Charbon blanc, 1991 ; Lettres à une autre, La Bruyère, 1991 ;   De fines bandelettes ou le domaine de l'oiseleur, Le Charbon blanc, 1991 ; Fragments de l'inachevée, Les Éperonniers, 1992 ; Le Livre des sept portes, Lettres vives, 1994. ; Le regard est le nom de l'arbre ou le poème, Les Moires, 1996 ; Une parole dans les failles, Phi, 1997 ; Figures du très obscur, Phi/Écrits des Forges, 2000 ; Le siècle des femmes, anthologie avec Liliane Wouters, Les Éperonniers / Phi, 2000 ; Le Livre des apparences, Lettres Vives, 2001 ; La Petite Cuisine bleue, Phi/Écrits des Forges, 2002 ;    Demeures du silence, Écrits des Forges/Phi, 2003 ; Les Ennuagements du cœur, Lettres Vives, 2004 ; Dieu ou quelque chose comme ça, prose, Lettres Vives, 2008 ; La Tristesse du Figuier, Lettres Vives, 2012 ;  Un poème avant les commencements, Le Taillis Pré/Le Noroît, 2013 ; Ce que j’ai peut-être fait, Lettres Vives, 2013 ; Les lèvres et la soif, élégies, Lettres Vives, 2016.



Publié(e) dans la revue Les Hommes sans épaules


 
Dossier : Poètes chiliens contemporains, le temps des brasiers n° 45