La nuit succombe, suivi de : Carène

Collection Les HSE


     zoom

La nuit succombe, suivi de : Carène

Préface d'Alain Joubert
Hervé DELABARRE

Poésie

ISBN : 9782912093516
138 pages - 13 x 20,5 cm
12 €

  • Présentation
  • Presse
  • Du même auteur

Mais quel est donc ce « mouvement apte à changer la vie » que André Breton « continue à mettre au plus haut » et qu’il reconnaît chez Delabarre ? Quel est donc ce « langage qui garde le cœur de son oreille et dont il attend qu’il ouvre de nouvelles communications sans prix » qu’il exalte chez Cabanel ? Mais c’est bien sûr ! l’écriture automatique, cette écriture dont il a cru désespérer un moment jusqu’à parler de son « infortune continue », et qui, soudain, ne se contente plus « d’affleurer sous roche » mais surgit à grands flots, par des moyens différents, sous la plume de l’un et l’autre de ces poètes qu’il salue avec enthousiasme ! Ainsi donc, après Guy Cabanel, c’est chez Hervé Delabarre que Breton retrouve et désigne le chemin de cette poésie qui ne doit rien au calcul, mais tout aux fulgurances de l’inconscient, rien à la pose éthérée du « pohète », tant raillée par Jacques Vaché, mais tout au « droit devant » et à l’aventure qui en résulte, tout encore à « l’allure poétique » que la vraie vie exige, celle qui demande au hasard objectif le soin d’en orchestrer les rencontres ! Le Surréalisme irrigue à nouveau ses champs magnétiques…

La nuit succombe, dit le titre du livre que vous tenez entre les mains, mais qui, lui, va vous tenir longtemps au cœur même d’un monde en perpétuel renouvellement des approches et des sensations, puisque aujourd’hui, le bois c’est du verre.

Alain JOUBERT

*

DIRE QU’ELLE EST

 

L'ombre s’ajoute à la déshérence des lèvres

éperdues

aux abois

favorisant les fièvres où elles-mêmes s'alimentent

 

Est-ce que cela s’entend

est-ce que cela se voit

Les flammes dégrafent les rideaux

qui tombent de toute leur épaisseur

pour recouvrir le lit

de ces ocelles et ces débris de nacre

miroirs intimes

et faits pour inciser les chairs

 

Dérapages et sentiments vertigineux

S’en viennent pleurer

près des remparts harcelés de lichens

De quoi alimenter les derniers beaux jours

et la fuite ininterrompue du printemps

 

Les trappeurs harassés

rescapés du rêve

vont-ils vaticiner encore

au sommet des pistes neigeuses

qui s’éteignent dans le lointain d’un autre continent

Mais elle

quel corps a-t-elle été

de quelle obscurité était-t-elle la reine

pour s’en venir ainsi aimer l’aber

venin divin d'un divan vain

 

La lame se glisse sous le satin

chante implore et puis se noie

Mais

pas de remords

surtout

 

Avant de s’en repaître

le sang répandu doit se mériter

tandis qu'elle se confie

à la délicatesse des ongles

qui la déshabillent

 

Tout se rêve

tout s’abandonne de nuage en nuage

Et les ailes ne peuvent plus caresser

qu’un fantôme d'image

une simple invitation à mourir

 

L’estuaire d’un râle

l’heure est venue pour elle

de se laisser aller aux derniers sommeils

et aux ressentiments qui mènent à l’origine

 

Dire la dérive des corps

et sans répit

à tout jamais

encore

 

La soif est là

inextinguible

 

Alors se pencher

s’ouvrir

se découvrir

renaître enfin

 

Peut-être

 

 

Hervé DELABARRE

(Poème extrait de La nuit succombe, Les Hommes sans Epaules éditions, 2017).


Lectures

"Sans doute est-il difficile (voire impossible) de parler de "La Nuit succombe" d'Hervé Delabarre tant on y peut retrouver l'écriture automatique. Alain Joubert, dans sa préface, met en évidence le surréalisme qui coule dans ce recueil. Il en voit la preuve dans la lecture que fit André Breton de "Danger en rive" : "… c'est chez Hervé Delabarre que Breton retrouve et désigne le chemin de cette poésie qui ne doit rien au calcul, mais tout aux fulgurances de l'inconscient…" (p 10). Revenant à "La Nuit succombe", Alain Joubert relève les mots de vie qu'il oppose aux mots rares...

Les poèmes d'Hervé Delabarre ne vont pas sans une certaine obscurité tant ils explorent cet inconscient dont parle Alain Joubert dans sa préface. Le lecteur attentif remarquera le goût de Delabarre pour l'image  insolite "L'ongle / Incise une nuit capitonnée" (p 17) tout comme pour les mots voisins sur le plan phonétique : "Ainsi va l'immonde / L'antre et l'autre / L'auge et l'ange" (p 18). Le jeu sur les mots n'est pas absent : "mot dire" qui évoque maudire (p 22). Dans la première suite, "Des douves en corps et toujours", le vers se fait bref (réduit souvent à un mot ou deux). "Fétiches", par contre, regroupent deux proses assez longues qui sont l'exemple même de l'écriture automatique (mâtinée de réflexions parfaitement rationnelles). Dans la seconde, on retrouve le sire de Baradel qui traversait déjà quelques pages de "Prolégomènes pour un futur" ; mais l'important n'est pas là, il réside dans le hasard objectif… "La nuit succombe 1" sait se gausser d'une certaine poésie : "la poétesse poétise / et met des bigoudis aux rimes" (p 44) : c'est réjouissant ! L'objectif est bien de capter ce que dit l'inconscient et non de faire joli… Quand ce n'est pas l'ironie qui reprend cette phrase jadis analysée par André Breton dans le Premier manifeste du Surréalisme (1924) et qui devient sous la plume de Delabarre "Laissez venir, marquise, vos cuisses ouvertes à deux battants" (p 56). Même l'attitude anti-cléricale propre aux surréalistes (je me souviens en particulier de cette photographie où l'on voit un crucifix pendu à une chaîne de chasse d'eau ! ou l'ai-je rêvée, ce qui en dirait long sur mon inconscient…) est présente dans un poème d'Hervé Delabarre : "Botter le cul aux pèlerins de Lourdes ou de La Mecque" (p 62) ! "Intermède" (qui regroupe trois poèmes consacrés à des héroïnes de contes traditionnels : Blanche-Neige, le Petit Chaperon rouge et la Belle au bois dormant) est placé sous le signe de la cruauté. Cet ensemble n'est pas le résultat direct de l'automatisme, du hasard tant il est réfléchi mais il exprime parfaitement un certain aspect de l'inconscient et la vision est décapante. L'érotisme n'est pas exempt d'une certaine imagerie convenue (cuissardes, cravache, nudité…) mais il est sauvé par l'humour (la vache qui rit) ! L'irrespect quant à la mort est de mise… La multiplicité des personnages qui apparaissent dans "La nuit succombe 2" assurant une distanciation salutaire et rendant acceptables l'irréligion et l'érotisme (la vulve est omniprésente) de  ces poèmes.

La seconde partie du recueil est un longue (une vingtaine de pages) et libre médiation sur le mot carène qui s'est imposé pour sa sonorité. Les mots jouissent, s'accordent et s'abouchent pour leur musique, pour leur bruit sans aucun rapport au signifié comme le souligne Hervé Delabarre dans ses explications liminaires. Au total, ce livre témoigne du surréalisme qui irrigue la production de maints poètes qui ne s'en réclament pas ouvertement mais qui n'ont jamais fini de payer leurs dettes. Tant le surréalisme a été une porte qui reste ouverte."

Lucien WASSELIN (cf. "Fil de lecture" in recoursaupoeme.fr, juin 2017).

*

" Ce livre, nous dit Alain Joubert dans sa préface, « va vous tenir longtemps au cœur même d’un monde en perpétuel renouvellement ». Il insiste sur le caractère automatique de la poésie d’Hervé Delabarre, marquée par le surréalisme et sa proximité avec André Breton, poésie qui évoque aussi un Benjamin Péret ou un Jean Arp.

Mais qu’est-ce, finalement, que l’écriture automatique ? Alain Joubert précise :

« L’écriture automatique est d’abord une preuve, pas une œuvre. Les textes ainsi produits sont le résultat d’une expérience intérieure qui s’aventure jusqu’à mettre au grand jour ce que l’être recèle de plus secret pour lui-même, ce qui se dissimule dans les plis de son inconscient. Cette preuve désigne la source de la poésie, et assigne au langage – à l’écriture – une exigence à s’incarner ; ainsi l’œuvre peut-elle ensuite apparaître.

Mais y-a-t-il une voie automatique, ou bien faut-il plutôt parler de voix automatique ? Ne serait-ce pas le bruit d’un mot, analogiquement proche de celui d’un autre, qui provoquerait un télescopage en forme d’image, plus riche que la somme des deux termes qui la composent ? Précisons cependant que le seul « son » ne suffit pas au poète, tant il est vrai que le rythme intérieur ne lui fait pas « entendre » des bings, des bangs, des zooms ou des zowies, mais bel et bien des mots qui sont chacun porteurs d’un son, des mots-sons en quelque sorte. Et s’il est vrai que le poète « entend » quelque chose en amont du langage en formation, ce sont des mots qu’il entend, pas des bruits ».

La poésie d’Hervé Delabarre recèle une dimension auditive singulière mais elle fait aussi émerger du non-conscient des forces crues et inattendues, parfois ludiques, parfois implacables.

Le premier poème de ce recueil s’intitule Le sourire noir et dès les premiers vers, un style s’impose, mais non restreint au langage, il s’agit d’un style de l’Être.

A la marge du sourire

La menace

Comme une détresse

 

Imprécation

A peine murmurée

De la blessure à la bouche

De la vénération à la terreur

 

Dans la ravine

Où les tourments sont soulignés du doigt

Le scalpel désigne à la blessure

Les crins noirs de l’abécédaire

 

Franchie l’orée des bas

Et des étoffes noctambules

L’ongle

Incise une nuit capitonnée

Ou encore avec Autre chose :

 

Les mots sont détournés de leur sens,

reste à savoir s’ils en ont un vraiment.

Le rasoir ne dort que d’un œil,

les draps en feu carillonnent,

un arbre foudroyé vous salue,

et la barbe elle-même se met à pleurer.

 

Quoi de plus beau qu’un cure-dent

sinon le cul de Proserpine

ou bien, pour faire bander les rimes,

celui de Messaline.

 

Quant à l’amour,

C’est à désespérer vraiment,

il n’est plus qu’un chemin de croix

qui monte vers un lointain Golgotha

Hervé Delabarre, ce sont aussi des contes et des chants, des contes cruels, à l’érotisme astringent et des chants hantés par le jeu des sonorités.

 

Il est là

Gominé dans ta glu

Englué dans ta glose

D’impudique immolée

D’immodérée sacrée

Et fosse profanée

Car c’est ainsi

Tu l’oses

 

Que viennent les images !

Voici un livre pour « affronter les intempéries du baiser ».

Rémi BOYER (in incoherism.wordpress.com, 27 mai 2017).