Claude VIGEE

Claude VIGEE



Né le 3 janvier 1921 à Bischwiller dans le Bas-Rhin, dans une famille juive peu pratiquante, Claude Vigée (Claude André Strauss) parle chez lui dans son enfance le dialecte bas-alémanique, sa première langue. Il n’apprend le français qu’à l’école, à l’âge de six ans. Le dialecte alsacien, accentuel, et la psalmodie biblique contribuent dès le plus jeune âge à faire du rythme le mode d’appréhension de la vie intérieure. Ses parents se séparent en 1935. Durant l’exode, il se trouve seul avec sa mère, Germaine Meyer, et la famille de sa cousine et future épouse, Evelyne Meyer, qui émigre aux Etats-Unis début 1941. Pendant cette période, Claude Vigée rejoint à Toulouse l’Action juive. Ses premiers poèmes sont publiés par Pierre Seghers dans Poésie 42. Il prend, en novembre 1942, le chemin de l’exil, en passant, avec sa mère, par Lisbonne, où il embarque pour Philadelphie.
Aux États-Unis, il est contraint d’abandonner ses études de médecine. Il présente, en 1947, à l’Ohio State University, un doctorat sur Goethe et le démonique et y devient professeur avant de prendre un poste dans la nouvelle université de Brandeis, à Waltham, Massachusetts, où il demeure jusqu’en 1960, année où il gagne Jérusalem. Il enseigne dès lors jusqu’à sa retraite à l’Université hébraïque, où il rencontre des personnalités éminentes comme Martin Buber ou Gerschom Scholem. Il ne rompt jamais ses liens avec la France, où il rencontre Albert Camus qui publie en 1957 L’Été indien chez Gallimard. Les ouvrages de Claude Vigée, ceux du poète ou bien ceux du critique littéraire, publiés ensuite chez Flammarion, Albin Michel, Grasset ou Lattès, sont bien accueillis par la critique. Il obtient d’ailleurs un certain nombre de prix, comme le prix Würth ou le prix Hebel en Allemagne, ou, en France, le Grand Prix de l’Académie française.

En 2007, création de l'Association des Amis de l'Œuvre de Claude Vigée. Site de l'association

En 2008, ses poèmes complets sont publiés aux éditions Galaade (édition de Jean-Yves Masson, préface de Michèle Finck, introduction, biobibliographie et notes d'Anne Mounic) sous le titre Mon heure sur la terre, titre tiré de l'un de ses poèmes. Ce volume aussitôt réimprimé est salué par la Bourse Goncourt de la Poésie.


Oeuvres de Claude Vigée

La Lutte avec l'ange, Paris, Les Lettres, 1950. Nouvelle édition complète, Paris, L'Harmattan, 2005.
Avent, Paris, Les Lettres, 1951.
Aurore Souterraine, Paris, Seghers, 1952.
La Corne du Grand Pardon, Paris, Seghers, 1954.
L'Été indien (poèmes, suivis du Journal de l'Été indien). Paris, Gallimard, 1957.
Les Artistes de la Faim, essais critiques, Paris, Calmann-Lévy, 1960.
Révolte et louanges, Paris, Corti, 1962.
Canaan d'Exil, Paris, Seghers, 1962.
Moisson de Canaan, Paris, Flammarion, 1967.
Le soleil sous la mer, Paris: Flammarion, 1972.
Délivrance du souffle, Paris : Flammarion, 1977.
Du bec à l'oreille, Strasbourg, Éditions de la Nuée-Bleue, 1977.
L'art et le démonique, Paris, Flammarion, 1978.
L'extase et l'errance, Paris, Grasset, 1982 ; réédition, Orizons, 2009
Pâque de la parole, Paris, Flammarion, 1983.
Le Parfum et la cendre, Paris, Grasset, 1984.
Les Orties noires, Paris, Flammarion, 1984.
Vivre à Jérusalem : Une voix dans le défilé. Chronique : 1960-1985, En collaboration avec Luc Balbont. Paris : Nouvelle Cité, 1985.
Heimat des Hauches, Baden-Baden, Elster, 1985.
La Manne et la Rosée (essai), Paris, Desclée de Brouwer, 1986.
La Faille du regard, Paris, Flammarion, 1987.
Wénderôwefir, Strasbourg, Association Jean-Baptiste Weckerlin, 1988.
La Manna e la rugiada, Rome, Borla, 1988.
Le Feu d'une nuit d'hiver: Chantefable, Paris, Flammarion, 1989.
Aux sources de la littérature moderne: 1. Les Artistes de la faim: Essais, Bourg-en-Bresse, Philippe Nadal, 1989.
Leben in Jerusalem, Baden-Baden, Elster Verlag, 1990.
Dans le Silence de l'Aleph: Écriture et Révélation, Paris, Albin Michel, Spiritualités vivantes, 1992
Apprendre la nuit, Paris, Arfuyen, 1991.
L'Héritage du feu, Paris, Mame, 1992.
Selected Poems, Traduits par Anthony Rudolf, Londres, Menard-King's College Press, 1992.
Claude Vigée, Victor Malka, Le Puits d'eaux vives: Entretiens sur les Cinq Rouleaux de la Bible, Paris, Albin Michel, 1993.
Un Panier de houblon, Tome 1, Paris, J.-C. Lattès, 1994.
Un Panier de houblon, Tome 2, L'Arrachement, Paris, Jean¬-Claude Lattès, 1995.
Aux Portes du labyrinthe, Paris, Flammarion, 1996.
La Maison des vivants: Images retrouvées, Strasbourg, La Nuée bleue, 1996.
Treize inconnus de la Bible (avec Victor Malka), Paris, Albin Michel, 1996.
Bischwiller oder Der grosse Lebold, jüdische Komödie, Berlin, Verlag das Arsenal, 1998. Le Grenier magique, Album (en collaboration avec Alfred Dott), Bischwiller, Graph, 1998.
La Lucarne aux étoiles: Dix cahiers de Jérusalem (1967-1997), Paris, Éditions du Cerf, 1998.
Vision et silence dans la poétique juive, Paris, L'Harmattan, 1999.
Les Orties noires, Nouvelle édition bilingue, préfacée et commentée par Frédéric Hartweg, Postface de Heidi Traendlin, Strasbourg, Oberlin, 2000.
Journal de l'été indien: Il n'y a pas de temps profane, Paris, Parole et Silence, 2000.
Le Passage du vivant, Paris, Parole et Silence, 2001.
La Lune d'hiver. Paris, Honoré Champion, 2002,
Première édition, Flammarion, 1970. Dans le Creuset du vent, Paris, Parole et Silence, 2003.
Danser vers l'abîme, Paris, Parole et Silence, 2004.
Être poète pour que vivent les hommes. Choix d'essais et d'entre¬tiens 1950-2005, Paris, Parole et Silence, 2006.
Les Portes éclairées de la nuit, En collaboration avec Sylvie Parizet, Paris, Éditions du Cerf, 2006.
Pentecôte à Bethléem. Choix d'essais, 1960-1987, Paris, Parole et Silence, 2006.
Claude Vigée et Yvon Le Men, Toute vie finit dans la nuit, entretiens, Paris, Parole et Silence, 2007.
La nostalgie du père. Nouveaux essais, entretiens et poèmes, 2000-2007. Paris, Parole et Silence, 2007.
Chants de l’absence / Songs of absence. Edition bilingue. Poèmes traduits en anglais par Anthony Rudolf. Londres/Paris, The Menard Press/Temporel, 2007.
Lièwesschprooch, Poésies et proses en dialecte alsacien, Bischwiller, Uffem Hàseschprung éditeurs, 2008.
Mon heure sur la terre. Paris : Galaade, 2008.
Mélancolie solaire, Orizons, 2008
Le fin murmure de la lumière. Paris : Parole et Silence, 2009.
Les sentiers de velours sous les pas de la nuit, Les cahiers de Peut-être, 2010. Les cahiers
Rêver d'écrire le temps, de la forma à l'informe, Orizons, 2011
L'homme naît grâce au cri : poèmes choisis (1950-2012), Paris, Le Seuil, 2013.



Publié(e) dans la revue Les Hommes sans épaules


 
Dossier : ALAIN BORNE, C'est contre la mort que j'écris ! n° 39