Franck BALANDIER

Franck BALANDIER



Franck Balandier est né le 11 juillet 1952 à Suresnes. Après des études littéraires, il devient successivement éducateur de prison, formateur dans une école de travail social, vidéaste, chef d’un bureau de presse, responsable de communication. Il a ensuite exercé en tant que directeur pénitentiaire d’insertion et de probation. Il coordonne l’offre culturelle et sportive, la formation professionnelle et le travail pour les personnes détenues en Île-de-France.

Parallèlement, il écrit. L’un de ses premiers poèmes, « Le Désaxé », paraît en 1968 dans la revue Première Chance. Tout en continuant à écrire des poèmes, il publie par la suite des romans et des essais.

Après Les Prisons d’Apollinaire, dont nous avons publié des extraits en avant-première (in Les HSE n°6, 1999), Franck Balandier, qui est lui-même confronté quotidiennement à l’univers carcéral, aborde à nouveau le thème du « poète et de la prison », dans Des Poètes derrière les barreaux, en s’arrêtant plus particulièrement sur les itinéraires de François Villon, André Chénier, Arthur Rimbaud, Guillaume Apollinaire, Jean Genet et Albertine Sarrazin. Balandier entraîne son lecteur en prison avec chacun des poètes susmentionnés, évoquant méticuleusement, dans chaque cas, le contexte historique, le quotidien du poète, l’impact de la prison sur l’œuvre, et bien sûr, l’univers carcéral.

Finalement, quelle différence entre les geôles du Châtelet et les cellules plus récentes de Fleury-Mérogis ? Simplement que la peine est aujourd’hui verticale. C’est juste la direction qui diffère. « Avec Villon, la peine est profonde. Elle se cache. Elle se mesure souterraine. Avec Villon, il faut descendre pour expier. Se rapprocher des Enfers. À présent, elle se revendique. Elle monte vers les nuages… Fleury-Mérogis, avec ses fenêtres en forme de croix et la répartition trinitaire de ses bâtiments en « tripales », est aussi un cimetière à ciel ouvert… Cachot oubliette, le vocabulaire a traversé les siècles. Avec lui, c’est toute une conception religieuse de l’emprisonnement qui perdure. La prison n’est pas que la privation de la liberté, elle demeure, jusqu’à ce jour, dans sa logique de pénitence et de rachat. De la « question » médiévale aux sœurs de la Petite Roquette, en passant par la cellule « monastique » voûtée d’Apollinaire, il s’agit toujours de la même exigence de silence, du même programme de rédemption par le travail, du même traitement carcéral. D’un même modèle sacré », écrit Balandier, pour conclure son brillant et passionnant essai.

Mais le Grand Oeuvre de Franck Balandier, à ce jour, est assurément Le Silence des rails (2014), son quatrième roman. Alsace, 1942. Parce qu'il est homosexuel, le jeune Etienne est envoyé dans l'unique camp de la mort installé en territoire français. Son pyjama de prisonnier porte le triangle rose, l'insigne de son infamie. Voilà pour la toile de fonds historique, aussi poignante que dramatique. Nous lisons une véritable œuvre de fiction et s’il s’agit d’un roman, donc de prose, la poésie et donc le poète, ne sont jamais loin et cela renforce encore ce langage, plein de révolte, d’amour et de sang, c’est-à-dire de Vie ! La phrase concise de Balandier, va, tel un vers, droit à l’essentiel sans chiqué.

Christophe Dauphin

(Revue Les Hommes sans Epaules)

A lire : Les Nuits périphériques, roman (1988, éditions Michel de Maule), L’Homme à la voiture rouge, roman (2000, éditions Fayard), Les Prisons d’Apollinaire, essai (2001, éditions L’Harmattan), Ankylose, roman (2005, éditions Le Serpent à plumes), Des Poètes derrière les barreaux, essai (2012, éditions L’Harmattan, 2012), Le Silence des rails, roman (2014, Flammarion).

Photo: Portrait de Franck Balandier par Richard Schroeder, Flammarion.

 



Publié(e) dans la revue Les Hommes sans épaules




Claude de BURINE, Gérard MURAIL, Jean SENAC n° 5

Jocelyne CURTIL, Yves MARTIN, José MILLAS-MARTIN n° 6

René DEPESTRE, Roger KOWALSKI, les éditions GUY CHAMBELLAND n° 10



 
Dossier : POÈTES NORVÉGIENS CONTEMPORAINS n° 35

Dossier: ROGER KOWALSKI, A L'OISEAU, A LA MISERICORDE n° 38