Yves GASC

Yves GASC



Engagé au TNP de 1953 à 1963, Yves Gasc (né en 1930) est nommé par Jean Vilar responsable des soirées ou matinées poétiques et littéraires du Théâtre national de Chaillot, au Festival d'Avignon et en tournée. Il met ensuite, en scène des pièces de Corneille, Labiche, Valéry, Hugo, Pinget et collabore fréquemment avec Laurent Terzieff. Entre 1973 et 1977, il fait partie de la compagnie Renaud-Barrault.

En 1978, il entre à la Comédie-Française, et devient sociétaire en 1982. Il quitte la Troupe en décembre 1997 et est nommé sociétaire honoraire en janvier 1997. Il a interprêté le repertoire classique et contemporain, Beckett, Molière, Tchekov, Giraudoux, Euripide, Hugo, Marivaux, Genet, Bernanos, Svevo, Sophocle, Camus, Balzac, Feydeau, Labiche, Ionesco, Grumberg, Corneille, Gombrowicz, Magnin. Il y a mis en scène Le Montreur d'Andrée Chédid, Paralchimie de Robert Pinget, Le jour où Mary Shelley rencontra Charlotte Brontë d'Eduardo Manet, Le Triomphe de l'amour de Marivaux, Le Pain de ménage et Le Plaisir de rompre de Jules Renard, Turcaret d'Alain-René Lesage, Le Châle de David Mamet, Le Fauteuil à bascule et L'Entretien de M. Descartes avec M. Pascal le jeune de Jean-Claude Brisville. 

De la Comédie Française au théâtre privé, Yves Gasc continue à mener sa carrière avec passion ; une passion qu’il ne conçoit pas sans poésie ; car Yves Gasc est un poète. Il n’y a aucune contradiction entre le comédien et le poète. L’un s’est toujours nourri de l’autre et vice versa. Qu’il soit sur scène ou dans la solitude du poète, Gasc ne triche jamais. L’art du comédien est unanimement reconnu. Celui du poète le mérite tout autant.

Yves Gasc jette l’ancre de l’Éros et de la vie entre la blessure fermée du nom de solitude et le cri que lui arrache le réel. Yves Gasc est avant tout le poète de la vérité humaine dans toutes ses nuances. La poésie est intimement liée à ses fibres charnelles. L’amour est omniprésent dans son œuvre, résonne dans tous ses recueils sous la forme d’une rare sensualité qui peut tout aussi bien devenir Eros torride que lumière brûlante de vie et de douleur. Comme l'a écrit Henri Rode (in Les Hommes sans Epaules) : "D'une foisonnante richesse, passiuonnés et subtils, nous livrant la clé d'un moi aux très humaines résonnances, les poèmes d'Yves Gasc s'échelonnent au fil de sa vie : ils sont toute une vie."

Christophe DAUPHIN

(Revue Les Hommes sans Epaules).


A lire : L’Instable et l’instant (éd. Saint-Germain-des-Prés, 1974), Infimes débris (Ed. Saint-Germain-des-Prés, 1980), Donjon de soi-même (éd. Saint-Germain-des-Prés, 1985), L’Eaublier (Le Méridien, 1990), Le Jardin des désirs obscurs, nouvelles, (Hérodotos-Le Milieu du Jour, 1991), Fenêtre aveugle, suivi de Esquisse d'un soleil (Le Milieu du Jour, 1996), Travaux d’approche, préface de Christophe Dauphin, (éd. Librairie-Galerie Racine, 1999), La Lumière est dans le noir (éd. Librairie-Galerie Racine, 2002), Un Château de nuages, Choix de poèmes, (éd. Librairie-Galerie Racine, 2009), Soleil de minuit, cinquante poèmes secrets (éd. Librairie-Galerie Racine, 2010).

*

Dans sa poésie Yves Gasc, perpétuel sourcier de lui-même, sait, à merveille, opérer une osmose, on pourrait dire une synthèse, entre l’événement intime et la félicité qu’il peut tirer de la nature ambiante, reliée à lui par des fluides mystérieux. Si l’on peut le définir comme un romantique à part entière, mais lucide, définition qu’il assume souvent en véritable tunique de Nessus, il met en défi le monde de ne pas correspondre avec lui, dût-il prendre à parti la puissance qui l’accable avant de l’exalter à nouveau, en propriétaire d’on ne sait quelle foi secrète : De ma foi je fais mon enfer. Gasc, qui a pu se rêver hors souillure, ne cesse d’interroger, de humer son angoisse, de goûter sa liesse et d’approfondir jusqu’au vertige malheur et délices d’être là, bien vivant, apte à toujours supporter richesses et mauvais coups du destin : ce sont pour lui, avec son « amour du bien et du mal », des aguets et comme une disponibilité de chaque instant, à se pencher sur les strates et décombres encore vivaces de son moi. A le lire, on retient surtout une sourde, une innée exaltation, suivie d’un bien-être qui le confond lui-même, alors qu’il tient, par exemple, un œuf frais pondu dans sa paume : Quelqu’un nous tient-il ainsi dans sa main, avec cette douceur, au creux de l’univers ? D’indifférence chez Gasc ? Point. A ce constant régime d’étude de soi, ne risque-t-il pas de faire sourde oreille aux grandes mutations, aux cataclysmes de notre planète, au malheur d’autrui enfin ? Les endosser, croit-il, n’est pas son rôle, si, malgré tout, il les passe au crible de sa sensibilité, en échos intérieurs s’ajoutant au malaise d’exister.

De recueil en recueil, Yves Gasc poursuit une destruction/ reconstruction de soi jusque dans l’infime débris. Ce qui semble plus qu’évident lorsqu’on lit son dernier recueil en date, La lumière est dans le noir. Brûlé à vif aux fontaines du désir, et au feu de ce qu’il appelle « les passions contraires », que lui reste-t-il tout à coup, pantelant de désillusions et lassé même, sans doute, de toute douleur fructueuse, alors qu’il se sent presque comme un mort dans sa barque noire ? Quand il part pour le Sud lointain, Paris n’étant plus à ses yeux qu’un enfer parodique, Gasc souffre au point de ne plus réfuter la part de néant promise à tous les hommes, mais en humaniste. Ce grand lecteur de Hâfiz, de Al-Qâdr, cet amoureux des poètes d’Extrême-Orient et des deux Afriques n’accepte pas en son tréfonds, s’il sent leur morsure, que les chiennes sauvages lui lacèrent le cerveau. Royaume suprême à sauvegarder. Il attend sourdement mais intensément, sur la terrasse de sa maison marocaine d’Asilah, où il ne dénombre pourtant qu’absences d’appel, d’embrassement du devenir, en dépit de ce lieu recueilli où stagne la creuse attente du rien qui l’y cloue. Soudain, frémissement jusque dans l’inespoir le poète sait, en persuasion fulgurante, qu’il ne restera pas cette île que le temps oublie. Mais quoi ? Ce voyageur rendu, moulu, humilié par toutes les défaites du vivre, ce solitaire à bout de toutes les imprudences, les impudences peut-être, peut-il croire encore à l’intervention, à l’approche d’une présence bénéfique ?

Oui, puisqu’une voix magicienne, souterraine et comme jaillie de l’impossible qui devient possible, chante à son oreille que le beau mensonge de vivre toujours se confond avec la réalité qui nous garrotte. L’autre est là, palpable, même si cet autre lui fait souffler : Je reste assis au bord du secret – de toi-même. Ne nous a-t-il pas dit qu’il n’y a pas de vraie mort si un jour la main aimée vient tenir la nôtre ? Alors Tout sera dit tout sera bien, termine le poète. Comment ne pas songer au « tout est bien » final gidien ? La partie Khâlil du recueil conte ce renouveau ensemble emporté et lucide.

Il est évident qu’Yves Gasc, faisant ainsi la nique aux poètes du rien, croit à la permanence, à la vérité, à l’éternité de l’art. Ce qu’il n’a cessé de démontrer au cours de sa longue carrière théâtrale, commencée chez Jean Vilar, poursuivie chez Barrault et parachevée au Français où il joua 180 fois le Trissotin des Femmes Savantes, après avoir abordé Genet, Albee, David Mamet, Ionesco, Pinget, Beckett, Gombrowicz, etc., tout en mettant plusieurs auteurs connus en scène. Que de fois, arrivé dans quelque capitale étrangère, en faussant compagnie à ses compagnons de tournée, à New York, au Japon ou à Moscou, ce lecteur insatiable s’est dirigé, souvent d’instinct, vers quelque librairie inconnue, où il savait dénicher l’oiseau rare. Il retournait, enthousiasmé par ses trouvailles, son sac craquant de livres et de brochures, pour ajouter dans la « campagne » qu’il possède dans le Berry un Mishima ignoré, ou un Essenine, un conte de Bohême oublié de Rilke, ou un Séféris, un Cernuda. Dès ses plus jeunes années, Yves Gasc a fait son havre, son panthéon avec – en dehors des poètes français qu’il connaît à fond, surréalistes compris – Borges le grand favori, Lorca, Ungaretti, Cavafy, et tant d’autres. Cet amour du verbe poétique, il l’a prouvé par de nombreux récitals, dans le cadre de Poésie 1 et des Hommes sans Epaules, à la Maison de la Poésie, à la Sorbonne, en dehors des matinées très courues de la Comédie française, ou encore sur France Culture. Il faut avoir entendu l’acteur-poète parler de ses prédilections et découvertes avec les Breton père et fils, ou Christophe Dauphin, vigilants témoins de la poésie de notre temps. Yves Gasc aurait pu être un de ces « amateurs » profonds, un de ces « honnêtes hommes », naturellement férus d’art, que vit fleurir la Renaissance.

Ses connaissances en roman n’étant pas moindres que sa culture en vers, on l’imagine, tandis qu’il parcourt l’univers avec les comédiens du T.N.P ou la troupe de Jean-Louis Barrault (plus tard ce seront les Sociétaires du Français) penché sur quelque bouquin révélateur dans un recoin de ces nouveaux chariots de Thespis que sont nos Boeing et T.G.V. Comment ne pas rêver ce jeu de scène ? Madeleine Renaud (ou Roger Mollien) s’inquiète à la ronde : « Mais où est donc passé le cher Yves ? » Barrault met un doigt sur ses lèvres, puis déclare : « Chut ! Vous le savez très bien. Yves Gasc se livre au vice impuni : IL LIT. »

Henri RODE

(Revue Les Hommes sans Epaules, n°16, 2004).

 

On habite l’absurde par défaut, on déambule dans la stupéfaction d’être « ni né ni mort » dans une misère parfois somptueuse mais toujours terrible, où la solitude est virtuose, « où la voix même du temps s’étiole ». Et puis on rencontre l’amour et tout passe à l’ivresse, le monde se transforme dans les ovations du cœur. On devient, ou l’on redevient, protégé de la barbarie universelle, même si, pour vivre, la passion qu’on éprouve doit s’enfouir dans la nuit et se réjouir au soleil.

Attisé par le « lit de braise », toute souffrance lévitant, l’âge comme expulsé, le poète a fait une rencontre sans frontières. De cette illumination « plus forte que le réel », de « ce bonheur et ce malheur d’être deux sur terre », sont venus des poèmes, fracas surgis d’un terreau méditerranéen où la ferveur amoureuse fascine. Car aimer, en dépit du message des « faux prophètes de la mort », est la seule merveille contre l’heure exténuée, la seule loi fondée sur le butin des étreintes, et une puissance apte à conjurer même la honte maternelle. Ah ! l’immense trésor que son visage hissant l’élu « près de la soif », parmi les peuples de la mer…

Avec ce recueil, Yves Gasc donne la parole au vertige amoureux et « ses vagues unanimes » pour « ranimer la lumière ». Ses poèmes valident la promesse de « nuées immortelles » et le miracle d’un « doux lit d’algues dans les étoiles » qu’un sortilège — celui de la distance — ne lui permet d’éprouver que durant la saison de l’été.

Alain BRETON

(Revue Les Hommes sans Epaules, n° 31, 2011).



Publié(e) dans la revue Les Hommes sans épaules




Gabriel COUSIN, Jean RIVET n° 9

Jean MALRIEU, André MARISSEL, Mahmoud DARWICH n° 12

Dossier : DIVERS ÉTATS DU LOINTAIN n° 34

Publié(e) dans le catalogue des Hommes sans épaules


 
AUTOUR DE JEAN COCTEAU