Impasse des absolus

Collection Les HSE


     zoom

Impasse des absolus

André PRODHOMME

Poésie

ISBN : 9-78-2-2430-4650-2
88 pages - 20,5 x 13 cm
15 €

  • Présentation
  • Du même auteur

Dans sa vie comme dans ses poèmes, l’humain prédomine. Son œuvre possède une solide charpente, que soutiennent des valeurs immuables telles que la fraternité, l’amour et la nature; ce que confirme Impasse des absolus. C’est sans doute pour cela, que la poésie d'André Prodhomme ne scrute jamais son nombril, mais demeure ouverture vers l’autre, comme vers l’ailleurs. 

 

Prétention

J’ai la prétention de vieillir dans un luxe infini

D’aimer

De l’être

D’avoir des amis

Du vin

Des chats

(...)

J’ai la prétention de vieillir en ayant autre chose à faire que soustraire

Sans non plus faire semblant d’être jeune

Une canne en joli bois ça ira

Un fauteuil roulant on en discutera

Que ma plainte

Ait de la gueule

Fasse au moins sourire

Dans l’agonie du passé

On peut acquérir un peu de bienveillance

La misère rapproche plus encore

Que la possession éloigne

J’ai la prétention de vieillir en ayant le temps devant moi

Un an une seconde

Monsieur le bourreau je vous laisse le choix

Trois lapins de garenne à la rescousse

Toujours pressés ceux-là

Laissant derrière lui

L’insignifiant petit tas de mots de la fin

Le poème d’un visage

André PRODHOMME

(Poème extrait de Impasse des absolus, Collection Les Hommes sans Epaules, éd. Librairie-Galerie Racine, 2016).