Les Hommes sans Épaules


Numéro spécial : Hommage à GUY CHAMBELLAND

Numéro épuisé
Numéro 7
164 pages
Premier semestre 2000

Sommaire du numéro



Republication de "Limonaire de la Belle amour" (1967) : livre de poèmes de Guy CHAMBELLAND

Le poète et ses thèmes : études de Jocelyne CURTIL, Françoise DAVOINE, Christophe DAUPHIN, Jean-Louis DEPIERRIS, Mireille FAIVRE, Georges JEAN, Jacques KOBER, Jean ROUSSELOT, Alain CASTETS, Pierre PERRIN

L'Homme et l'ami : témoignages de Danièle ANDRÉ-CARRAZ, Claudine BOHI, Michelle BOIN, Alain BRETON, Alain CASTETS, Pierre CHABERT, Jean DUBACQ, Christian DUFOURQUET, Jacqueline LALANDE, Denise MIÈGE, Jacques-Henri PONS, Gaston PUEL, Jean ROUSSELOT, Alain SIMON

Le critique et l'éditeur : articles de Claude Michel CLUNY, Jean-Luc MAXENCE, Jean BRETON, Jean DUBACQ

Annexes : Guy Chambelland, un itinéraire, lieux, dates et oeuvres, par Jean BRETON

Avec la moelle des arbres : Notes de lecture de Jean DUBACQ

Chronique: "La disparition d'Yves Martin", par Christophe DAUPHIN, Poèmes de Yves MARTIN

Présentation

"Il n'est pas aisé d'accéder d'emblée à la vérité d'un personnage aussi important que Guy Chambelland, surtout si on veut saisir celle-ci dans la diversité de ses ambitions et dans sa complexité.

Il nous a quittés voici bientôt quatre ans. Nous avons voulu présenter le plus grand nombre de documents sur son parcours, vérifier dates et titres qui confirment le soutien permanent qu'il a apporté en priorité à la poésie contemporaine, puis à celle du passé revisité.

Le soin qu'il a fallu apporter pour susciter ou découvrir ces témoignages et créer ainsi le premier bilan cohérent du poète, de l'homme, du critique et de l'éditeur, peut servir d'excuse au retard dont souffre la parution de ce numéro d'hommage.

Inutile de souligner l'importance de la présence, en tête de cet ensemble, d'un recueil peu connu, publié en édition bibliophilique en 1967, Limonaire de la belle amour.

Voici donc Guy Chambelland tel qu'en lui-même l'éternité le changera sans doute. "

 

Les HSE

(extrait de l'éditorial, in Les Hommes sans Epaules n°7/8, 2000).

 

JE TE REVOIS...

 

Je te revois tu es toujours la mer

contre la mort qui souffle sous la porte

tu es encore la voix du chanteur soûl

qui recule la nuit de son cante rondo

 

Grand cheval fou seigneur de mes sommeils

tu as beau me fixer d'un regard plus glacé

que tes sabots à la tempe des morts

une rose sans fin m'empêche d'être absent

 

Amour tu ne peux pas mourir sans moi

Si mon coeur est désert et si mes mains sont sèches

boxeur fini bousculé dans les cordes

 

jusqu'au K.o comment ne parierais-je

la misère trop sûre ouvrant enfin sa garde

l'irréductible sang couvant encor mon poing.

 

Guy CHAMBELLAND

(in Les Hommes sans Epaules n°7/8, 2000).

 

 

Musique alcools parfums je me cherche me perds

pour ne jamais savoir ne m'en prendre qu' à moi

je ne suis ici que la statue d'un roi

rêvant sans dieu son règne où s'inscrit le désert

 

Un poème m'agrège un autre me dissout

je neige de musique où sombrent mes images

Au bout de sa journée je suis l'ouvrier soûl

qui brouille entre ses doigts le masque et le visage.

 

Guy CHAMBELLAND

(in Les Hommes sans Epaules n°7/8, 2000).



Revue de presse

2000 - À propos du numéro 7/8

    « Les Hommes sans Épaules n°7/8. Hommage à Guy Chambelland. Un numéro de référence et de collection. »
    Jacques Simonomis (Le Cri d’os n° 29/30, janvier 2000.

    « Cette nouvelle livraison des Hommes sans Épaules, est composée pour l’essentiel d’un hommage à Guy Chambelland, qui nous a quittés voilà bientôt quatre ans. De très nombreux témoignages de poètes et d’amis dont beaucoup furent des auteurs de notre ami Guy, montrent, s’il en était besoin, le rôle important que joua Chambelland dans la vie poétique des quarante dernières années. »
    Jean Orizet (Poésie 1/Vagabondages n°21, mars 2000).

    « Il n’a pas fallu moins d’un numéro double de plus de 160 pages à l’équipe de la revue Les Hommes sans Épaules pour rendre hommage à celui qui fut, avec Le Pont de l’Epée (1957-1983) et Le Pont sous l’eau (1988-1996), le tenant d’une poésie où s’illustreront bon nombre de créateurs d’aujourd’hui : Guy Chambelland. »
    Jean Chatard (Dixformes-Informes, Bruxelles, juin 2000).