Norbert LELUBRE

Norbert LELUBRE



Norbert Lelubre est né à Nantes le 13 juillet 1912. Il a fait des études succinctes. Enfant rêveur, il était attiré surtout par la musique et la lecture. À l’adolescence, il découvre la poésie (il rédige ses premiers poèmes à 14 ans) puis la peinture grâce à son ami Émile Pescher. Toute sa vie, il restera très proche de ses amis peintres (Émile Pescher, Michel Noury, Henry Leray, puis Marc Le Petit), rêvant d’un partenariat entre les Arts. Vers 1936, il est à Belle-Ile avec le peintre Jacques Philippe. En 1938, il gagne Paris où il côtoie André Breton, Paul Éluard et Robert Desnos.  En 1939, il s’installe à Plouescat (Nord-Finistère) où il est photographe et musicien ; puis vient la guerre, les blessures, le stalag. Il revient définitivement à Nantes en 1948. Durant toute ces années, il formera un gros volume, L’air du temps, qu’il ne fera pas publier. En 1957, il publie Histoire sans limites. De nouvelles rencontres et de nouvelles amitiés se nouent en poésie : Claude Serreau, Jean Laroche, Robert Momeux et Michel-François Lavaur, qui lance sa revue. Alain Lebeau et Simonomis suivront. Son dernier poème paraît en septembre 2007. Il s’éteint le 25 mars 2008. Je connais peu de poèmes qui me semblent aussi irréprochables qu'une roue de charrette ou un tonneau. Ouvrage d'artisan sans-faux-semblant, beau et utile, riche de toute une ascendance d'expérience humaine, d'un bien faire et d'un laisser dire. J'évoque cette rotondité alliée à une plénitude, devant les vers de Lelubre. À lire : Histoires sans limites, éd. du Petit Véhicule, 1998. Le Ranz des Veaux (Pamphlet), éd. du Petit Véhicule, 2002. Paraboles pour d’autres temps, éd. Sac à Mots, 2006.

Michel-François Lavaur



Publié(e) dans la revue Les Hommes sans épaules


 
Dossier : JACQUES BERTIN, le poète du chant permanent n° 26