Vinicius DE MORAES

Vinicius DE MORAES



Marcus Vinícius da Cruz de Melo Moraes (Rio de Janeiro, RJ, 1913 - 1980), né dans une famille de musiciens, se met très tôt à composer de la poésie. À 14 ans, il se lie avec les frères Paulo et Haroldo Tapajós, composant avec ce dernier sa première chanson, Loura ou Morena, « Blonde ou brune ».

En 1929, il s’inscrit pour des études de droit à Rio. À partir de 1932, il écrit les paroles de dix chansons enregistrées par les frères Tapajós. C’est à cette période qu’il rencontre l’écrivain Otávio de Faria qui le convainc de collaborer à la revue A Ordem, du Centro Dom Vital, une organisation catholique ultraconservatrice. Il y publie un poème biblique de 152 vers intitulé A transfiguração da montanha, « La transfiguration de la montagne ». Ses études finies, il publie les livres Caminho Para a Distância, « Le chemin de la distance » (1933) et Forma e Exegese, « Forme et exégèse » (1935). Il participe au service de censure cinématographique du Ministère de la Santé et de l’Éducation et écrit son troisième livre de poésie, Ariana, a Mulher, « Ariane, la Femme » (1936).

En 1938, il part étudier la littérature à Oxford avec une bourse du gouvernement britannique. Il écrit Novos Poemas, « Nouveaux Poèmes ». Fuyant la Seconde Guerre mondiale, il revient à Rio en 1941 et publie des critiques de cinéma dans divers journaux et revues. Il commence à écrire le livret de Orfeu da Conceição, pièce qui ne sera créée que des années après, faute de temps et de financement. Lors d’un voyage dans le Nordeste en 1942, en compagnie de l’écrivain Waldo Frank, il devient antifasciste convaincu.

En 1943, il publie Cinco Elegias, « Cinq Élégies ». En 1946, il est nommé vice-consul à Los Angeles et publie Poemas, Sonetos e Baladas, « Poèmes, Sonnets et Ballades ». Il revient au Brésil en 1951, à la mort de son père. En 1953, il compose avec le musicien Antônio Maria sa première samba, Quando Tu Passas por Mim, « Quand tu passes près de moi ». La même année, il se rend en France comme second secrétaire d’ambassade.

En 1956, Vinícius fait jouer pour la première fois Orfeu da Conceição au Théâtre Municipal de Rio alors que le projet du film Orfeu Negro, produit par Sacha Gordine et réalisé par Marcel Camus, prend forme. Pour la musique du film, Camus fait appel à Tom Jobim et à Luiz Bonfá. Reparti en France puis en Uruguay pour ses activités diplomatiques, Vinícius publie Livro de Sonetos, « Livre de Sonnets » et Novos Poemas II, « Nouveaux Poèmes II ».

En 1958, la chanteuse Elizeth Cardoso enregistre son album Canção do Amor Demais, « Chant d’amour à l’excès », prémisse de la bossa nova. À partir des années 1960, Vinícius collabore avec d’autres musiciens brésiliens, déjà renommés ou qui allaient le devenir : Carlos Lyra, Pixinguinha, Baden Powell, Ary Barroso, Edu Lobo, Francis Hime et surtout Toquinho (son partenaire le plus durable et son meilleur ami). Les lois sur la censure ayant été renforcées par le régime militaire, il doit quitter ses fonctions diplomatiques à partir de 1968. Il se produit alors sur scène, notamment aux côtés de Toquinho et surtout hors du Brésil. Vinícius est coauteur de plus de 400 chansons. Il meurt, victime d’un œdème pulmonaire, le 9 juillet 1980 dans sa maison de Gávea (Rio de Janeiro).

Oleg ALMEIDA et Philippe MONNEVEUX

(Revue Les Hommes sans Epaules).



Publié(e) dans la revue Les Hommes sans épaules




n° 

n° 

n° 




n° 

n° 

DOSSIER : La poésie brésilienne, des modernistes à nos jours n° 49