Georges-Emmanuel CLANCIER

Georges-Emmanuel CLANCIER



Légende (photographie de Philippe Delaveau) : Georges-Emmanuel Clancier et Christophe Dauphin, à Valvins, dans le jardin de Stéphane Mallarmé, le 24 septembre 2013.

 

Georges-Emmanuel Clancier est né à Limoges en 1914 dans une famille d’artisans. La maladie l’obligera, en 1931, à interrompre ses études en classe de philosophie au lycée de Limoges. À partir de 1930, il commence à écrire poèmes et proses et, dès 1933, collabore à des revues, dont Les Cahiers du Sud. Il reprend des études à la Faculté des Lettres de Poitiers puis à celle de Toulouse.

En 1940, il entre au comité de rédaction de la revue Fontaine dirigée à Alger par Max-Pol Fouchet. Il rencontre notamment Raymond Queneau, Michel Leiris, Claude Roy, Pierre Seghers, Loys Masson, Pierre Emmanuel et Max-Pol Fouchet. De 1942 à 1944 il recueille et transmet clandestinement à Alger les textes des écrivains de la Résistance. À la Libération, journaliste au Populaire du Centre, il dirige les programmes de Radio-Limoges. Avec Robert Margerit et René Rougerie, il fonde la revue Centres puis dirige, chez Rougerie, une collection de poèmes manuscrits, Poésie et critique (poèmes de Claude Roy, Jean Lescure, Boris Vian…). Il est appelé en 1955 à Paris pour être secrétaire général des comités de programmation de la RTF, puis de l’ORTF, jusqu’en 1970.

En 1956 paraît le premier tome, Le Pain noir, de sa célèbre suite romanesque dans laquelle se déroulera, jusqu’en 1961, l’histoire de sa famille maternelle autour du personnage de sa grand-mère, paysanne illettrée.

Membre de l'Académie Mallarmé, Georges-Emmanuel Clancier est poète et il est romancier; et, dans chacun de ces deux visages, toujours au plein sens du terme. C’est, au plus profond, le défi du temps qui semble avoir articulé sa création entre les deux formes ; dans La Poésie et ses environs, il leur distribue ainsi les rôles : « Le roman sauve la vie non pas en l’arrachant au temps mais, au contraire, en rendant sensible le mouvement du temps à travers une vie ». En revanche, « le poème est négation du temps, exaltation de l’instant rendu immobile et illimité, telle une image microscopique de l’éternité [...] qui ne cesse de jaillir hors du temps ou, plus exactement, au-dessus du temps, comme l’île est au-dessus de la mer ». Il note par ailleurs le primat d’une mémoire: « La poésie, pour moi, toujours se lie au souvenir ». Le poème semble naître chez lui comme une récapitulation totale de notre terre et de notre humanité, pour combler ce vide que le temps creuse entre l’homme et le monde, et pour conquérir une autre présence. Toutes les ressources de la parole sont mobilisées pour épouser le monde, en dénoncer souvent l’inacceptable, en déchiffrer les brûlantes énigmes. Cette œuvre, une des plus considérables de ce temps, aura marqué chacun d’entre nous. Elle fait définitivement partie de notre patrimoine poétique.

Paul FARELLIER

(Revue Les Hommes sans Épaules).

 

Entretien de Bernard Lehut (RTL) avec Georges-Emmanuel Clancier à l'occasion de la sortie de son livre de Mémoires 1935-1947 Le Temps d'apprendre à vivre (éditions Albin Michel) :

http://www.rtl.fr/culture/arts-spectacles/les-livres-ont-la-parole-les-temps-d-apprendre-a-vivre-de-georges-emmanuel-clancier-7782644322

Oeuvres de Georges-Emmanuel Clancier

 

Poésie

Temps des héros, Cahiers de l'École de Rochefort, 1943. Le Paysan céleste, Robert Laffont, 1943. Journal parlé, Rougerie, 1949. Terre secrète, Seghers, 1951. L'Autre rive, Rougerie, 1952. Vrai visage, Seghers, 1953; Robert Laffont, 1965. Une Voix, Gallimard (prix Artaud 1957). Évidences, Mercure de France, 1960. Terres de Mémoire, Robert Laffont, 1965. Le Siècle et l'espace, Marc Pessein, 1970. Peut-être une demeure, précédé d'Écriture des jours, Gallimard, 1972. Le Voyage analogique, Jean Briance, 1976. Oscillante parole, , Gallimard, 1978. Mots de l'Aspre, Georges Badin, 1980. Le Poème hanté, Gallimard, 1983. Le Paysan céleste, suivi de Chansons sur porcelaine, Notre temps, Écriture des jours, préface de Pierre Gascar, Poésie /Gallimard, 1984. L'Orée, Euroeditor, 1987. Tentative d'un cadastre amoureux, Écrits des Forges, 1989. Passagers du temps, Gallimard, 1991. Contre-Chants, Gallimard, 2001. Terres de mémoire suivi de Vrai visage, Paris, La Table Ronde, coll. poche La Petite vermillon, 2003, Le Paysan céleste - Notre part d'or et d'ombre (poèmes 1950-2000), préface d'André Dhôtel, Poésie/Gallimard, 2008. Vive fut l'aventure, Gallimard, 2008.

Romans

Quadrille sur la tour, Edmond Charlot, 1942 ; rééd. Mercure de France 1963 La Couronne de vie, Edmond Charlot, 1946 Dernière heure, Gallimard, 1951; Éditions du Rocher, 1998 Le Pain noir (I), Robert Laffont, 1956 La Fabrique du roi (II), , Robert Laffont, 1957 Les Drapeaux de la ville (III), Robert Laffont, 1959 La Dernière Saison (IV), Robert Laffont, 1961 Les Incertains, , Seghers, 1965; Robert Laffont, 1970 L'Éternité plus un jour, Robert Laffont, 1969; La Table Ronde, 2005 La Halte dans l'été, Robert Laffont, 1976 Le Pain noir, La Fabrique du roi, tome I, Les Drapeaux de la ville, La dernière saison, tome II, Robert Laffont, 1991 Une Ombre Sarrasine, Albin Michel, 1996

Nouvelles et contes

La Couleuvre du dimanche, Méditerranea, 1937 Le Parti des enfants, Fayard, 1957 Le Baptême, Fayard, 1959 Les Arènes de Vérone, Robert Laffont, 1964 L'Enfant de neige, Casterman, 1978 L'Enfant qui prenait le vent, Casterman, 1984

Autobiographie

Ces ombres qui m'éclairent : L'Enfant double, Albin Michel, 1984; L'Écolier des rêves, Albin Michel, 1986; Un Jeune Homme au secret, Albin Michel, 1989; Le temps d'apprendre à vivre, Mémoires 1935, 1947, Albin Michel, 2016. 

Ouvrages critiques

André Frénaud, Poètes d'aujourd'hui, Seghers, 1953 Panorama critique de la poésie française de Rimbaud au surréalisme, Seghers, 1953 Panorama critique de la poésie française de Chénier à Baudelaire, Seghers, 1963 La Poésie et ses environs, Gallimard, 1973 Dans l'aventure du langage, Presses Universitaires de France, 1987 La Vie quotidienne en Limousin au XIXe siècle, Hachette, 1977 La Vie quotidienne en Limousin au XIXe siècle, avec la collaboration de Pierre-Sylvestre Clancier, France Loisirs, 1992 Le Passant de Vérone, Éditions du Rocher, 2001 Le Roussillon, Caisse Nationale des Monuments Historiques et des Sites, 1988 Limousin ; Terre secrète, Renaissance du Livre, 1999 L'Oiseleur pris au Piège : Comédie en 4 Actes, Le Bruit des Autres, 2006

 

 



Publié(e) dans la revue Les Hommes sans épaules




Dossier : ATTILA JÓZSEF et la poésie magyare n° 27

Dossier: THÉRÈSE PLANTIER, UNE VIOLENTE VOLONTÉ DE VERTIGE n° 36

Dossier: ROGER KOWALSKI, A L'OISEAU, A LA MISERICORDE n° 38


 
Dossier : Claude PELIEU & la Beat generation n° 42