Jehan VAN LANGHENHOVEN

Jehan VAN LANGHENHOVEN



Jehan Van Langhenhoven est né le 3 août 1952, à Paris. Enfance dans les banlieues populaires et rouges. Marques indélébiles. Possède un chien. Fidélité indéfectible par-delà la mort et les années. À l’âge de 16 ans, intègre l’École normale d’instituteurs (Auteuil). Y découvre le soir à l’étude la littérature : Gide, Lautréamont… Et la nuit, Paris et son errance. Coït urbain jamais démenti. Y rencontre Jimmy Gladiator. Porte ouverte sur le surréalisme. Ne sera pas enseignant. Rencontre Hélène et l’Italie. Longs séjours dans les Pouilles et à Rome. À l’âge de 19 ans, rencontre Michel Fardoulis-Lagrange et la Grèce. C’est-à-dire le haut-langage. Vie professionnelle sans intérêt. Fonde Le Melog avec Jimmy Gladiator. Puis La Crécelle noire. Publie. Rencontre Éric Losfeld. Puis Aline Gagnaire. C’est-à-dire le style ! Ainsi que le micro de Radio libertaire. Vit depuis plusieurs années à Malmaison dans l’intimité de Madame Bonaparte, en tant que veilleur de nuit ou guide. Nulle descendance. Jehan Van Langhehoven a été publié à plusieurs reprises dans la 3ème série des HSE. Il a lui-même donné un « Michel Fardoulis-Lagrange », dans la rubrique « Les cheveux d’Aoun » (in HSE 34).

À lire : Gabrielle (Melog-press, 1977), Romans d’amour fou et de mauvaise volonté littéraire (Melog-press, 1978), Voyelles (Melog-press, 1980), Milan, minuit d’amour (Bordas, 1985), Le dernier tram pour Cinecittà (Le Pont de l’Épée, 1985), Les Caliguliens (Le Pont sous l’eau, 1988), Antipodes (Galerie Racine, 1989), Le Bar du dernier glamour (Pierre Bordas éditeur, 1992), Chronique de la Grande Volière de l’Œil (Rafael de Surtis, 1997), Journal d’une prétendue métamorphose et d’une défaite certaine (Rafael de Surtis, 1999), Les Poésies inavouables (Alain Benoit éditeur, 2000), Du chant de l’équipage (Rafael de Surtis, 2001), Traité d’esthétisme et de perversion (Rafael de Surtis, 2002), Madame Bonaparte (éditions Syllepse, 2004), L’Outre-Nu (Rafael de Surtis, 2004), Nais. Nais ! Tout ! Tout…, Mémoire d’un gardien de musée (Rafael de Surtis, 2007), La condition Humaine II suivi de Mademoiselle George (Rafael de Surtis, 2008), Jehan Van Langhenhoven ou Grandeur et Décadence de l’Homme-Volu(p)tes (Rafael de Surtis, 2010), Défaite de la poésie (Rafael de Surtis, 2016).

Christophe DAUPHIN

(Revue Les Hommes sans Épaules).



Publié(e) dans la revue Les Hommes sans épaules




Dossier : Léo MALET & Yves MARTIN, la rue, Paris, la poésie et le Merveilleux, n° 20

Numéro Spécial GUY CHAMBELLAND POETE DE L'EMOTION n° 21

Dossier : HORIZONS POÉTIQUES DE LA MORT n° 31




Dossier : DIVERS ÉTATS DU LOINTAIN n° 34

Dossier: GEORGES BATAILLE ET L’EXPÉRIENCE DES LIMITES n° 37

Dossier : ALAIN BORNE, C'est contre la mort que j'écris ! n° 39


 
Dossier : Claude PELIEU & la Beat generation n° 42