Comité

 

 
ELODIA TURKI

Elodia Turki est née en 1939, dans une prison espagnole, à la fin de la guerre d’Espagne, où sa mère antifranquiste militante était enfermée et condamnée à mort. Libérées au bout de dix mois, elles purent rejoindre la Tunisie (où le père les attendait), via la France. Il reste, de cette période, une volonté de se multiplier pour éprouver fortement le maintien du libre dans les hautes eaux. Ce n’est peut-être pas un hasard si elle épousa un diplomate et vécut sans se fixer dans les grandes villes d’Europe ; qu’elle possède encore trois passeports ; ou qu’elle mena autant d’activités que de vies : championne d’athlétisme, ce qui la fit participer aux jeux olympiques de Rome, professeur de yoga, psychanalyste, éditeur..., comme si lieux et activités offraient un même mélange d’exil et de villégiature, de péril et de liberté reconquise. Jeu d’apparente légèreté ou de détachement, où la poésie joua peut-être le rôle de la mère patrie.

C’est en 1990, qu’elle officialisa son travail poétique avec un premier recueil, De Pierre et d’eau, primé par le grand prix de la Baule. En 1993, elle rencontre Guy Chambelland, qui édite son deuxième recueil, Possibilité antérieure, en 1994. Elodia Turki fonde l’association Le Pont de l’Épée pour soutenir l’activité éditoriale de Chambelland et la survie de sa librairie-galerie du 23, rue Racine, à Paris.

À la mort de Guy Chambelland en 1996, elle fonde avec Alain Breton les éditions Librairie-Galerie Racine, sauvant ainsi la mythique librairie-galerie du 23, rue Racine, tout en relançant le lieu et le travail éditorial de la maison (« La LGR n'est ni une école qui dicte ni une avant-garde qui guide. Rejetant toute conception élitiste ou idéologique qui manierait le mépris et la censure, elle défend et respecte une large pratique de l'écriture poétique dans le cadre d'un droit fondamental de l'individu : le droit à l'être. Ses repères sont clairs et exigeants, tant dans son activité éditoriale que dans ses manifestations poétiques. L'écriture poétique, plus qu'un jeu de mots ou d'émois, est une quête pour structurer son identité à son expérience intérieure, besoin vital et enjeu d'être pour un sujet, un autre et un monde plus réels et plus complets, unissant le sens du langage au sens de l'existence selon la liberté et l'authenticité de chacun : privilégier l'émotion, bien viser l'âme ou l'être, délivrer la beauté, dans la présence et la coïncidence du monde. Langage de l'être qui ne triche pas avec l'être, la poésie instruit l'authenticité émotionnelle de la vie. » (entretien accordé à Emmanuel Hiriart en janvier 2002, pour le site Muse :http://muse.base.free.fr/musenta).

Chaque année, près d’une trentaine de recueils enrichirent le catalogue de la collection LGR. Un an plus tard en 1997, la revue Les Hommes sans Épaules est relancée, de concert avec Jean Breton. La Librairie- Galerie Racine propose des rencontres, des échanges, qui bien souvent se poursuivent jusqu’à tard dans la soirée à la Brasserie Les Racines. Durant cette période, elle publie plusieurs recueils : El Ghazal en 1997, L’Elle du doute en 2001 ou Ily Olum en 2003.

Outre des ouvrages de poésie, Elodia Turki a publié également des nouvelles, comme Le Charme d’Élie en 1993. Elodia Turki, qui a co-dirigé les éditions Librairie-Galerie Racine, de 1996 à 2006, vit aujourd’hui entre Tunis et Paris. Elle est membre du comité de rédaction de la revue Les Hommes sans Épaules.

 

Pierrick de Chermont

(Revue Les Hommes sans Epaules).

 

"L'appel de la Muse chez Elodia Turki", par Pierrick de Chermont (in ecrits-vains.com).

 

Œuvres :

De Pierre et d’eau (CDP, 1990), Le Charme d’Élie (Souffles, 1993), Possibilité antérieure (Le Pont sous l’Eau,1994), Al Ghazal (Librairie-Galerie Racine, 1997), L’Enlèvement, avec Pierrick de Chermont, (Librairie-Galerie Racine, 2000), La Disparition, avec Pierrick de Chermont, (Librairie-Galerie Racine, 2000), L’Elle du doute (Librairie-Galerie Racine, 2000), Le Plus beau village du monde, avec Pierrick de Chermont, (Librairie-Galerie Racine, 2001), Ily Olum (Librairie-Galerie Racine, 2003), Que passe une fraîcheur, avec Jean-Marc Riquier (Librairie-Galerie Racine, 2003), Ainsi soit Ellil ! ou Les Champs du Paradis, avec Jean-Marc Riquier (Librairie-Galerie Racine, 2004), La Chiqueta (Librairie-Galerie Racine, 2004), Mains d'ombre (Les Hommes sans Epaules éd., 2012).

 

En avant de ma peau

le miroir absent de tes masques

redessine une dune

 

Il pleut du sang des ocres

des soleils dénoués

vignes d’avant l’ivresse

 

*

 

Rides sous la nuit

pour lacérer nos certitudes…

 

La pénombre brûlante

avant le cri d’aimer

 

Elodia TURKI

(in Les Hommes sans Epaules  n°33, 3ème série, 2012).