Infimes Prodiges, Oeuvre poétique

Collection Les HSE


     zoom

Infimes Prodiges, Oeuvre poétique

Édition présentée et établie par Christophe Dauphin. Préface de Paul Farellier
Jacques ARAMBURU
Alain BRETON

Poésie

ISBN : 9782912093486
478 pages - 13 x 20,5 cm
25 €


  • Présentation
  • Presse
  • Du même auteur

Après avoir été éditeur à l’enseigne du Milieu du Jour éditeur, Alain Breton a codirigé à Paris, les éditions Librairie-Galerie Racine, dont il est aujourd’hui le directeur littéraire. Critique littéraire (il a collaboré aux deux séries de la revue Poésie 1), Alain Breton est membre du comité de rédaction de la troisième série de la revue Les Hommes sans Épaules, dont il a dirigé la deuxième série de 1989 à 1994.

Éditeur, revuiste, illustrateur, peintre, poète, Alain Breton s’est toujours prononcé contre l’hermétisme, jugé plat et stérile en poésie, au profit d’une poésie se tenant au plus près du fatum humain contemporain et de la brèche intimiste, ce dont il est question dès la parution de sa première anthologie, La Vraie Jeune Poésie (1980), où il donne un credo et une tribune aux poètes de sa génération, à des poètes de moins de trente ans. Dans sa préface, qui est quasiment un manifeste, comme dans les poèmes qu’il écrit ; Alain Breton, sans le rechercher, ni même le revendiquer, fait pourtant office de chef de file : « … Pour coller à son époque le jeune poète ne professe pas de morale (au sens social s’entend) juteuse ou pas et sortirait-elle d’une misère au sprint. Son butin rejette l’idée a priori, ainsi que la profondeur du message qu’il est appelé à transmettre. Le regard d’abord braqué sur soi il se couche en joue, fixe son vide, palpe sa mémoire, fige des arrêts-réflexes devant (ou contre) le monde, s’étonne toujours – non sans avoir pratiqué judicieusement les autres poètes, ses frères surpris… »

Admirons, comme l’écrit Paul Farellier, la suprême audace de ses images, cette mémoire du linge, cette flèche du maïs, ces fruits qui s’avancent, ces aisselles en fuite ; et reconnaissons, sous une apparence d’arbitraire, leur immédiate vérité, traduite « en direct » de l’amour qui en fut le témoin par l’intelligence des sens. Il y a qu’Alain Breton ne projette pas sa lanterne, il épie au fond de lui, de sa mémoire, ce qui peut motiver cet instant, à sa table, devant le papier qu’il griffonne. Alain Breton est tout entier dans sa recherche, là où le monde signifie, ou crie, et il crie avec le monde.

Le poète est un œil, un voyeur qui se délecte des faits les plus anodins du quotidien pour tutoyer le Merveilleux. Le poème est émotiviste par essence, concis, fluide, limpide, sensuel et ciselé : Chaque cri rend compte du placenta futur, - Toute genèse me juge. Il y a chez Alain Breton un grand appétit de vie et ses mots en sont gorgés, avec émotion, émerveillement et truculence, ce dont témoigne Infimes Prodiges, qui rassemble son œuvre poétique, de Tout est en ordre sûrement (1974) à Les Éperons d’Éden (2014), en passant par des inédits, et les quatres livres de poèmes publiés sous le nom de Jacques Aramburu.

Christophe DAUPHIN

*

TRACES AUTOUR DE LA SOURCE

   

Ma mère, tu le sais,

je suis toujours le grenouille de sang entre tes cuisses,

je pends encore dans le labyrinthe de l’air,

je reviens vers tes mains d’heures innombrables,

sur ton ventre tambouriné.

Je fus le dessein, le sans-corps, l’éponge solaire,

puis la tête hantée par le lait sans savoir.

Ma mère, l’Arche aux doigts durs convoqua le chevreuil.

Tu le sais, c’était hier.

Qu’es-tu devenue après tant de guet, de souffrance ?

Ton cœur m’a lancé dans m’espace,

ta peau arquée contre le filigrane en feu.

Tu m’as donné des yeux, des jambes,

un prénom, des entrailles et un sexe,

le droit de rêver aussi, mouillé des turbulences

du terre-plein de ton ventre-ô laine lyrique,

ma peau chaude.

Ma mère, depuis lors, tu planes au-dessus des raisons.

Sans doute ai-je quitté le seul lieu sûr, fracassant l’origine,

mais, serré comme piaf dans la lumière,

regarde :

sans cesse, je tombe sur le ciel.

 

 *

 

 Le Lieu

  

 

I

 

Sans chauffage, il fallait mettre l’hiver de côté.

C’était la maison : l’escalier indécis, les pierres légères, les espaces à l’abri du confort, les seuils nomades. Les murs lestés de lézardes improvisaient des haltes rassurantes. Des paquets de vent s’y sont cognés en vain.

Mais l’azur ne dépèce plus l’arche à pouvoirs. Même les herbes ont été chamboulées. L’arbre à chattes est tombé le dernier.

À l’intérieur, la cheminée – son hâle de bûches –

cernait le séjour sans fenêtres. En haut, Jean s’adossait aux livres, dans sa chaloupe de signes. S’il éternuait, taché de sève par la coupe du bois, c’était rassurant.

Les pierres sont propres maintenant. Ils ont reconstitué le portail. Endormi les rides. Estompé les marges. Et ce n’est pas fini.

Souvent, pour d’insoupçonnables fêtes, nous rameutions des amis. L’alcool alors rassurait le réel et tamisait le temps. Ensemble, nous savions énerver les histoires, faire trembler les légendes. La sangria tenait tête aux plus énormes rires.

Du mas Boisin, à Carsan, il n’y a plus rien à aimer. Sauf maman qui, sentinelle au festin, derrière, devant, toujours y recommence le beau ménage de la poussière.

  

 

II

 

Lorsqu’enfin on touche et on émiette la terre, il fait jour sur tous les visages. Dans le vent, les sens sont virtuoses, respirer sous le ciel devient bon.

Eh oui ! on reste longtemps dans le pays où tout est donné. On vit en regardant la maison derrière l’arche, l’escalier de pierre inachevé, la vigne d’attente, les ronces indéchirables.

Le jour, on travaille, on lit un peu. Seulement, les insectes ont vite fait de dérouiller nos vers ! Quelque- fois, on prépare des convois pour la ville. Pas longtemps. Courses. Visites. Au retour, on mange, on boit tout près des murs bienfaisants.

Mais, la nuit venue, au moment où les mots brûlent dans le soir la peur et le désir, que le ciel se vide des gestes du jour, il faut, dans la forêt où nous rêve l’eau, être feuille, s’enfuir glaïeul, crochet d’ombre.

 

 

III

 

Ouvrir les portes, flâner. La cuisine où ruisselles un gué vers ce visage, sur ces doigts. Le gaz, boutons fragiles et important : gonfle le riz du chien.

Mais l’ombre reste grave. La soif, humus bougé.

 

 

IV

 

Quand vient la mort, le passant se prépare du visage qui jadis fut l’amour, il se fixe et s’accroche longuement à la terre, il tournoie sur le lieu où le corps n’a plus d’ancre, où le désir d’attirer à soi glisse loin dans la course, la source.

Alain BRETON

(Poèmes extraits de Infimes Prodiges, oeuvre poétique, Les Hommes sans Epaules éditions, 2018).


Lectures critiques:

Alain Breton est l’un des poètes les plus marquants de la fin du siècle précédent et de ce début de siècle, à l’articulation difficile de deux millénaires. En ces périodes, nous n’entendons jamais assez les poètes.

Dans la préface à ce recueil qui couvre près de quarante années de poésie, Paul Farellier remarque la profonde et audacieuse originalité d’Alain Breton qui, nous dit-il, « s’est jeté dans la marge inhabitée de la poésie française, loin des « lieux poétiques » à haute densité de fréquentation ». Parfois, les marges se constituent en centres où le témoignage de l’être devient puissance qui interroge les évidences. Le poète assume alors la fonction philosophique et va jusqu’à faire penser les morts, très majoritaires en nos temps lourds.

Dans une longue postface, Christophe Dauphin qui a établi cette édition importante, peint la complexité et la richesse du poète qui fuit les éloges. C’est en retraçant un parcours fait de travaux qu’il rend compte du personnage et de l’œuvre, étonnante par sa constance et sa durabilité, tant dans le travail éditorial que dans la création poétique. Alain Breton a déjà marqué son époque. Plus encore, il a inspiré, formé, libéré d’autres plumes qui préparent le futur.

Les poèmes d’Alain Breton sont étrangement vivants. Ils prennent chair à partir du fil des émotions qui dessinent d’improbables thèmes. L’éphémère, l’incertain, l’intranquille demeurent tandis que le lecteur cherche les fondements de cette beauté dérangeante mais qui attire irrésistiblement. Il y a quelque chose de l’ordre du scandale chez Alain Breton, un scandale élégant qui approche sans faire le moindre bruit pour mieux nous bouleverser.

Cette écriture, très resserrée sans être minimaliste comme le note Christophe Dauphin, est presqu’effrayante de justesse. C’est que l’humain à peur des songes comme du réel, il préfère les chimères et évite ainsi les miroirs poétiques, trop révélateurs. La précision des mots, du rythme, des sons, impose ici de voir l’invisible comme le dissimulé. Une réelle beauté. Le titre de ce recueil, Infimes Prodiges, désigne très exactement de quoi il s’agit.

Rémy BOYER (in incoherism.wordpress.com, mai 2018).

*

Fils du poète Jean Breton, qui fut aussi le fondateur des éditions St Germain-des-Prés puis de la revue et des éditions Les hommes sans épaules, Alain Breton est lui aussi poète-éditeur et il dirige la librairie-galerie Racine depuis 1996, après la disparition de son fondateur, Guy Chambelland, ami des frères Breton. Si on peut considérer Alain Breton comme héritier de la mouvance « émotiviste »,  définie et revendiquée dans le manifeste de Jean Breton & Serge Brindeau, Poésie pour vivre, fédérant, sans constituer une école, Patrice Cauda, Henri Rode, Yves Martin, Georges-Louis Godeau,  et de nombreux autres, le fils ne s’est pas contenté d’être un disciple accompli. En effet, cette succession en poésie n’a pas replié Alain Breton sur sa propre création ni déterminé son exclusion sociale mais l’a ouvert généreusement à d’autres écritures contemporaines et l’a lancé à la découverte de nouveaux auteurs. Il définit lui-même la mission du poète avec une exigence de liberté et d’accueil : « Seul à jouer au meccano du monde, à l’amour, le poète exaspère ses limites. Nous rêvons que son ambitieuse quête, que sa fouille minutieuse de la langue ne soient pas perverties par une futile autant que dérisoire volonté de prise de pouvoir sociale ! Que le poète, débarrassé de l’engourdissante course aux concours-articles-subventions-relations (la fameuse tétralogie) se montre enfin accueillant aux textes de ses confrères ! […] Or la poésie devrait être avant tout accueil, méditation-lucidité, communication aimantée. » L’ouvrage comporte une douzaine de recueils publiés de 1979 à  2014, de Tout est en ordre, sûrement… à Les éperons d’Eden.

Dès les premiers textes, la veine érotique s’affirme avec une sensualité ardente. Le corps féminin, à peine entrevu à la lueur clignotante d’un néon, est évoqué en blasons successifs dérivant en variations métaphoriques luxuriantes comme en un dérèglement rimbaldien des sens : « Ô toi. Dépliements de toi, à peine humides, comme d’hypnoses qu’on écoute. / Rare Coccyx. Roseau. Rosier des reins. […] Mousse et glaise aux seins minuscules // Lèche […] Alchimie grave de ton ventre // Ta bouche / Ta paix // commencée tantôt des étoiles. » En un magnifique hommage à Maria, sa mère basque, le poète revit sa propre naissance dans l’ivresse d’une fusion charnelle : « Tu es fœtus, bouquet de gélatine, pélamide de suif […] / Tu souriais, bandé, dans ton buisson liquide / et voici que ton cri vide la peau ancienne. // Pour toi, sourcier du lieu, / nul accord ni défaite possibles. // Mais ton obéissance au seuil ? » Et dans le Final, détaché du corps de la mère, il en appelle, sur un rythme syncopé, au refus de grandir, à l’angoisse de vivre : « Ô ravin-mère, initiale ligne de feu, / je cherche ma voix dans tes déluges, / je reste seul dans mon visage, / pieds nus - sur le vacarme originel. […] J’ai peur de n’avoir été, de n’être / qu’une preuve insoutenable qui saigne / définitivement, / que l’incompréhensible tatoué entre tes cuisses, / une non-existence jusqu’au tombeau parfait, // livide à finir l’à-pic. » Et il reprend, évoquant le ventre maternel « tambouriné », comme en écho au célèbre poème de Blaise Cendrars, Le ventre de ma mère : « Ma mère, tu le sais, / je suis la grenouille de sang entre tes cuisses, / je pends encore dans le labyrinthe de l’air… » L’angoisse existentielle est récurrente dans Planètes : « En moi le deuil de chaque jour. Et tant de terre à attendre. » Et à propos du suicide du jeune Michel Conte, l’empathie saigne, prosodie haletante, cœur à vif : « L’âme dans l’évier. Sales, les veines. Maladroit, tu as taché même tes os. […] Il a fallu identifier le vieillard de vingt ans. »

Dans Juste la terre (1991), Alain Breton, alternant vers et proses, fait coïncider l’amour des paysages de la nature et celui des paysages charnels : « Il respire, sueur libre d’aimer. C’est comme mettre une grande échelle jusqu’au visage. » Et de laisser le lecteur en suspens sur une note baudelairienne : « Juste / la terre // née de fleurs inconnues ». Bivouacs (1992) s’ouvre sur un éloge énigmatique de Robert Doisneau : « On le sait. La photo vient au monde pour acculer les visages. » S’adressant à Jean, son père, le poète revendique une filiation atavique active : « De père en fils, le ciel a voyagé. Mais on travaille avec la même application, la même rude fatigue, les mêmes champs garnis. » Il célèbre aussi la demeure familiale, l’humanise avec une touche d’humour : « Pour que la maison vous adopte / il faudra un peu de fatigue, / des jeux et des odeurs. » Dans Une chambre avec légende (1999), la veine érotique, tantôt ludique, tantôt lyrique, joue des codes de l’amour courtois pour les transgresser, les retourner en images fortement suggestives : « dans un coin se débarbouille le soir / qui déroute sur des cahiers d’école / les seins trotte-menu et tous les doigts de miel ». La météorologie à fleur de peau s’affole, féconde les métaphores : « Aujourd’hui beau temps sur ton dos / seins à bouillir de fine intempérie / je joue ton sexe à la roulette […] A force d’oindre les creux de ma lionne / j’aurai oublié l’or dans sa crypte / et négligé le mot de passe… » Les remparts de robes à vertugadin s’effondrent en descentes de lit. Jubilatoire !

Sous le nom de sa grand-mère maternelle, Aramburu (Jacques), Alain Breton, changeant totalement de registre et de voix, a publié plusieurs recueils : Maison-Buffle (1993), Messe noire des vagues (1999) -Aventure maritime et pillages des pirates du Revenge-, Le chasseur de rivières (2004), Brûlant sombre (2008). Côté piraterie et messe noire, le rythme s’accélère, à boulets rouges : « La lune suffoque au ras des cabestans / ou des murailles / s’ouvrent dévoilant des canons. / De sabords à sabords, / bien moins qu’une encablure ; / les marins s’entassent derrière les lisses, / un sabre à la mâchoire. / Des tillacs, on crie ‘’feu !’’ / Et l’ennemi répond d’une mitraille. / Les orgues du diable saluent les pièces de chasse / - catins à foison des aubes. » D’une veine nonsensique, à tonalité dadaïste, dans Pour rassurer le fakir (2000), l’auteur explore l’inconscient sur le mode ludique, décline des aphorismes funambulesques. Le poète, magicien onirique,  se métamorphose au gré de sa fantaisie, il met à distance ses angoisses : « Cette nuit, mon miroir m’a réveillé en sursaut : ses songes avaient disparu. » Il ressort apaisé de ses cauchemars : « Ils m’ont ausculté sous mon scaphandre. Mes os chantaient. J’avais le côté gauche paralysé, le crâne aplati et toute l’eau contenue dans mon corps était déformée, j’étais libre. »

« Tombeau » pour Jean Breton, Les Eperons d’Eden (2014) s’ouvre sur une lettre au père : « Père, tu le fus assez peu. Le temps te manquait, et la vocation […] tu avais choisi d’être plutôt mon ami […] Tu as rendu ton alphabet, trois jours après avoir vomi noir – le jus de la mort. » Au plus près de l’intimité rêvée, plutôt que retrouvée, le dialogue enfin semble possible : « Je bois dans ton bol / et m’enchaîne à tes livres ». L’émotion est forte, sans effusion, d’une sensibilité juste : « A toute vitesse, / j’ai accumulé ton visage // Pour annoter tes poèmes / de salves de toi. // Désormais je t’emporte / de meuble en planète, // Je me fais spacieux / pour ta survie [...] Pourvu  que / tu écrives encore / sous la dictée / des météores [...] Je bêche le silence / je demande hospitalité à tes livres. »

Christophe Dauphin, dans une longue et belle postface, retrace l’aventure éditoriale des frères Breton, et de père en fils, salue l’ardeur de leur engagement, évoque la réussite vertigineuse et la débâcle des éditions Saint-Germain-des-Prés, la force des liens familiaux et de leurs amitiés en poésie. Il souligne surtout la singularité d’Alain Breton, l’univers propre de ce créateur pour qui, « de fait, l’être du poème est nombreux, peuplé à foison d’autres masques ou d’autres lui-même, ouvrant toujours des possibles et délivrant ce mode d’emploi à tiroirs d’une toujours plus lointaine et profonde féerie. » Il cite plusieurs critiques, dont Robert Sabatier qui a remarqué très tôt les qualités d’attention du jeune poète aux êtres et aux choses : « Elliptique, il a le sens des silences et traduit de manière limpide les spectacles de la vie. » Et Paul Sanda, de conclure l’ouvrage par un hommage, rédigé en 2016, « à la justesse d’Alain Breton » : « Enfin le reconnaître, le connaître ici à sa juste valeur : un authentique grand poète de notre temps, avec un souffle ardent, bousculant et brûlant violemment le poncif. »

Michel MÉNACHÉ (in revue Europe, 2018).

*

Établie par Christophe Dauphin qui signe également une longue et riche présentation d’Alain Breton, cette édition préfacée par Paul Farellier et accompagnée d’un hommage de Paul Sanda, est une somme de près de 500 pages réunissant l’Œuvre poétique complète d’un auteur qui est aussi critique, peintre, éditeur, fils du poète (et éditeur lui-même), Jean Breton.

 De « Tout est en ordre » (1979) aux « Eperons d’Eden » (2014) en passant par « Juste la terre » (1991), « Bivouacs » (1992), « Une chambre avec légende » (1999) ou « Pour rassurer le fakir » (2000), - sans oublier des inédits, et les quatre recueils publiés sous le nom de Jacques Aramburu - les poèmes réunis ici sont ceux d’un auteur qui s’est toujours méfié de l’hermétisme, optant bien plutôt pour ce que Jean Breton et Serge Brindeau, dans leur fameux manifeste de l’homme ordinaire, ont appelé une « poésie pour vivre ».

Poésie de la vie, oui, en prise avec la quotidien le mieux partagé, pour nous parler des hommes et des bêtes, du sport (boxe, lutte, foot, judo…), du jazz, de l’amour, de la campagne, évoquer aussi les êtres dont il est ou fut proche, telle la grand-mère, ou sa mère, tel son oncle Michel, qui fonda la revue Poésie 1 où Alain fit ses premières armes d’éditeur et qui se suicida, tel son père bien sûr (« Eperons d’Eden  », lire ici). Une poésie qui respire, mise sur l’émotion (vécue et transmise), la sensualité, mais sait aussi les pouvoirs du verbe et les vertiges de l’inquiétude métaphysique. Une mélancolie discrète s’y faufile, cependant l’énergie y domine l’âme grise. « Ainsi voyage le luxe des jours / dans l’appétit de vivre ».

Michel BAGLIN (cf. "Mes lectures de 2018" in revue-texture.fr, 12 juin 2018).

*

"Une vraie malle au trésor. je ne cesse d'y fouiller, puiser. Belle et sobre préface de Paul Farellier. Présentation de Christophe Dauphin (pari de nouveau gagné), qui retrace, dans ce livre, l'itinéraire étonnant, forçant l'admiration, de ce poète-éditeur aux talents multiples. Il y est bien sûr question du grand Jean Breton, le père d'Alain (évoqué in Coup de Soleil n°32), de Guy Chambelland, que j'ai rencontré naguère dans sa librairie-galerie à Paris, tout comme Yves Martin (évoqué in Coup de Soleil n°15), cité, lui aussi, de Daniel Biga, etc. "

Michel DUNAND (in revue Coup de Soleil n°103, juin 2018).