Je serai l'assassin des asphodèles

Collection Les HSE


     zoom

Je serai l'assassin des asphodèles

Postface d'Odile Cohen-Abbas
Alain BRETON

Poésie

ISBN : 978-2-912093-75-2
220 pages - 20,5 x 13 cm
15 €


  • Présentation
  • Presse
  • Du même auteur

De recueil en recueil, l’auteur a caressé la maison onirique, évoqué l’univers des pirates, dit l’amour et l’humour tout en fêtant le règne naturel contre l’emprise des villes, en se donnant pour but d’édifier son visage dans l’œuvre en marche afin de concilier « la poésie et la vérité ».

Ici, l’écriture prête allégeance au lyrisme dans la recherche d’une pacification. Le constat de ce qui est perçu des sensations, liesse et amertume, fait aussi parler l’enfance, chanter la Beauté et pleurer les plaies universelles. Mais, pour Alain Breton, si la poésie est essentiellement un « événement d’être et de langage », elle doit avoir pour but de nous faire entrer dans le jardin des métamorphoses.

Voici donc, cinq ans après Les Éperons d’Éden, le dernier recueil d’un auteur qui retrouve un peu le ton, l’ébullition de Ça y est, le monde, dans un va-et-vient nerveux mais nourri de fantaisie, entre le poème d’amour et de colère, les mythes et les légendes, l’érotisme et la mort, et des tentatives d’autoportrait.

Les Hommes sans Epaules éditions

*

Au chien andalou

 

Moi je veux toujours courir

mais sans jamais me rattraper

dans le jour qui m’emporte

et l’engouement du soleil

Seul toujours seul

ainsi disait Buñuel Luis sagace artiste espagnol

Seul dans le reste d’eau des fenêtres

l’agate de l’Atlantide

Seul sur un chemin où l’on s’enferme

à chaque fois avec ses rites ses nuages

jusqu’à ce que l’heure s’endorme on ne sait où

Seul dans l’égotisme de la flaque

contre la pluie et ses lanceurs de couteaux

le génie de l’éclair

alors qu’au ciel pendent les oiseaux

chiourme chantée par les plus niais

que l’ombre des plaines prend de la voix

au passage des animaux inouïs

Seul toujours seul

et comme dans un thriller le vent

le vent qu’on interroge sans fin

qui jamais ne ramène le bon cadavre

 

Alain BRETON

(Poème extrait de Je serai l’assassin des asphodèles, Les Hommes sans Épaules éditions, 2022).

 


Lectures critiques :

« Tout est âme en toi quand je t’aime

 

par le tigre et la cornaline

 

Sur ta rivière décachetée

 

je suis le titulaire du philtre

 

Suspendu à l’Yggdrasil

 

tenu par le serment des mille respirations

 

quand par miracle

 

tu apparais

 

dans la chambre secrète

 

des lieux où je t’invente »

 

Ce poème d’Alain Breton rappelle tout ce que le mot asphodèle peut évoquer en nous : la mort, la liberté, la beauté, l’amour, la magie, le mystère… Mais, le recueil est parsemé d’inattendus, de détours, de sauts à l’aveugle, de cris de colère, et de gestes d’apaisement.

 

« Jadis nous surprit Orphée contrebandier de peaux et de tabac

 

Sa lyre réglait tout un empire

 

dont la règle fut le chant

 

et Eurydice celle qui n’applaudit pas

 

militante d’un club où l’on fait la vaisselle

 

à laquelle on ne confie pas le whisky

 

dans la cité maudite

 

ni l’or des Incas pour une brocante à la Jamaïque

 

ni les spectres qui jonglent avec les yeux des chats

 

cochers de l’irréel »

 

Alain Breton nous balade, nous conduit, nous perd et nous retrouve. Cache-cache des mots et splendeur du verbe qui, soudain, libère, parfois à contre-sens.

 

Odile Cohen-Abbas, dans sa postface, l’interpelle :

 

« Visions prospectives et apocalyptiques s’enchevêtrent que régénèrent toujours des indices ou fragments fictionnels du présent. Vous êtes si prodigue, Alain Breton, quand vous distribuez le vrai et le faux, le sordide et le beau, les songes des hommes qui prennent naissance dans les vieilles eaux, les antagonismes du désir, votre passion indissoluble de l’humour et de la tragédie ! »

 

Alain Breton épuise la langue pour en faire un creuset dans lequel la matière des mots peut assurer une résurrection, celle du poème, de l’éclair lumineux qui enchante par la lucidité. C’est terrible et jubilatoire.

 

« C’est toujours la même chose

 

sous les sphères

 

on remercie bien tard

 

le petit âne pour ses biscuits

 

et l’aigle qui a du lustre

 

Un peu prétentieux pourtant de ses serres

 

sait-il faire jouir au mieux sa compagne

 

en garde-t-il le goût dans ses rondes

 

quand il fait le malin dans le vent

 

ô grand-maître qui ne se pose que pour l’arbre

 

ou tuer »

 

La déambulation d’Alain Breton est une quête éperdue du passage étroit entre la mort et la vie, l’horreur et l’extase, entre le poème et le silence.

 

Rémi BOYER (in incoherism.wordpress.com, avril 2022).