Les Hommes sans Épaules


Dossier : Bernard HREGLICH, un réalisme incandescent

Numéro 46
284 pages
08/11/2018
17.00 €


Sommaire du numéro



Editorial : "Dans toute ma vie", par Fernando ARRABAL

Les Porteurs de Feu : Erri DE LUCA, par Karel HADEK, Luis MIZON, par Christophe DAUPHIN, Poèmes de Erri DE LUCA, Luis MIZON

Ainsi furent les WAH 1 : Poèmes de Fernando ARRABAL, FRANKÉTIENNE, Éric SÉNÉCAL, Jacques MORIN, Patricia SUESCUM

Dossier : Bernard HREGLICH, un réalisme incandescent, par Thomas DEMOULIN, avec des textes de Max ALHAU, Fulvio CACCIA, François DE BOISSEUIL, Werner LAMBERSY, Franck VENAILLE, Lionel RAY, Poèmes de Bernard HREGLICH

Ainsi furent les WAH 2 : Poèmes de Olivier DESCHIZEAUX, Harry SZPILMANN, Alain BRISSIAUD, Philippe BAJOLET, avec des textes de Orianne PAPIN

Une Voix, une oeuvre : "Abdul Kader El JANABI, poète bagdadi à Paris", par Christophe DAUPHIN, Poèmes de Abdul Kader EL JANABI

Vers les Terres libres : "William SOUNY, Mayotte suicide !", par Christophe DAUPHIN, Poèmes de William SOUNY

Les Pages des HSE : Poèmes de Elodia TURKI, Paul FARELLIER, Alain BRETON, Christophe DAUPHIN

Avec la moelle des arbres : Notes de lecture par Odile COHEN-ABBAS, Christophe DAUPHIN, Monique W. LABIDOIRE, Gérard CLERY, Paul FARELLIER

Infos / Echos des HSE : avec des textes de Jeanpyer POËLS, Jehan VAN LANGHENHOVEN, Christophe DAUPHIN, Jacques ARAMBURU, Jacques BERTIN, Marie-Christine BRIERE, Alain BRETON, Odile COHEN-ABBAS, Jacques TAURAND, Ilarie VORONCA, Claude ARGÈS

Hommages : G-E CLANCIER (1914-2018) & Oksana SHACHKO (1987-2018), par Christophe DAUPHIN, avec des textes de Georges-Emmanuel CLANCIER, Oksana SHACHKO, Lionel LATHUILLE

Présentation

J’ai rencontré Bernard Hreglich comme l’ont rencontré ceux qui ont croisé sa route : de plein fouet. Sauf qu’il était déjà mort quand ça s’est passé.

J’avais heurté ses livres.

Difficiles à déchiffrer, quelques circonstances perçaient, que lui-même avait choisies.

Bernard Hreglich était né ailleurs, en l’occurrence à Tunis, le 5 février 1943. De son père, il héritait d’un patronyme aux accents croates, avec une ascendance migratoire qu’il situerait « au large du triangle : Venise – Rijeka – Trieste » ; de la toison maternelle, il recevait précocement l’art corse de composer des fantasmes.

D’un souffle de jeunesse il eut un fils ; d’une Gersoise aimée un pays de syllabes et de fruits, de jours et de nuits ; d’une Québécoise Non-Identifiée, une « forme confuse dont nous ne savons rien » mais que les autorités datent du 13 août 1996. C’était sur les hauteurs de Belleville, Paris 20ème.

Au milieu d’eighties électroniques et financières, les médecins avaient voulu déceler dans ses claudications les conséquences d’une pathologie funeste. Il fallait voir qu’il s’agissait en fait de l’extradition d’un masque dans un doublon de lettres : Bernard Hreglich se passait dans l’écriture, mais c’était de haute lutte, en un combat lent et lucide, un désarroi joyeux.

Deux mois après sa mort, Alain Bosquet écrira de lui : « Bernard Hreglich est le poète même du rassemblement onirique des lyrismes actuels. […] Demain, dans un an et dans trente, on se penchera sur ce poète rayonnant et martyr, sans que jamais sa haute inspiration et ses malheurs ne fussent incompatibles ».

Thomas DEMOULIN

(Revue Les Hommes sans Epaules).

*

LA VOIX DE L’EGLANTINE [extrait, 27 décembre 1990]

 

Ce matin, enfin, enfin, j’ai revu tes yeux pâles,

J’ai su qu’il était temps de rencontrer l’éclair ou son frère

Le monstre aux dents si douces. Dire adieu aux pantins

Dont j’ai subi trop patiemment l’odeur nauséabonde

Et les petits espoirs, et les petites haines, et les petits 

   soupçons.

Ils n’auront pas de mal à se passer de moi et puis,

   qu’importe.

 

Je vais vers la merveille. Je vais mourir et l’églantine

S’éclaire d’heure en heure au centre du roncier.

Ma sœur je viens vers toi […]

  

RUMEUR DES OS [circa 1991]

  

Endormie, il semble qu’elle décompose

Le climat, les formes sauvages, pour justifier son

   désœuvrement

Et dans la détestable confusion des signes qu’elle improvise

De subtils frémissements manuels que nul ne nomme

Spectacles. Le Tragique pris comme cible désormais

Et notre vie si longue qu’elle en devient intolérable :

Ces maldonnes sont comprises dans les cadences de ses

   mains.

Ce qui trouble vient d’un monde mille fois désenchanté

Et néanmoins tirant prestige des mystères du veuvage

Avec la belle assurance du guerrier trouvant sa proie

Recluse, mélancolique. Je distingue par miracle

Les paysages de ses veines, la rumeur de ses os ;

Rien de paisible, nul abandon, nul effort allégorique

Pour composer La belle dormeuse. Elle navigue selon

   l’humeur

Entre un monstre infiniment las et les neiges de Croatie,

Le désespoir bosniaque et tant de plaintes à venir

Sous la rouille qui, au hasard, désarticule le premier venu.

*

Bernard HREGLICH

(Poèmes inédits in Les Hommes sans Epaules n°46, 2018).