Les Hommes sans Épaules


Dossier : Bernard HREGLICH, un réalisme incandescent

Numéro 46
290 pages
08/11/2018
17.00 €


Sommaire du numéro



Editorial : "Dans toute ma vie", par Fernando ARRABAL

Les Porteurs de Feu : Erri DE LUCA, par Karel HADEK, Luis MIZON, par Christophe DAUPHIN, Poèmes de Erri DE LUCA, Luis MIZON

Ainsi furent les WAH 1 : Poèmes de Fernando ARRABAL, FRANKÉTIENNE, Éric SÉNÉCAL, Jacques MORIN, Patricia SUESCUM

Dossier : Bernard HREGLICH, un réalisme incandescent, par Thomas DEMOULIN, avec des textes de Max ALHAU, Fulvio CACCIA, François DE BOISSEUIL, Werner LAMBERSY, Franck VENAILLE, Lionel RAY, Poèmes de Bernard HREGLICH

Ainsi furent les WAH 2 : Poèmes de Olivier DESCHIZEAUX, Harry SZPILMANN, Alain BRISSIAUD, Philippe BAJOLET, avec des textes de Orianne PAPIN

Une Voix, une oeuvre : "Abdul Kader El JANABI, poète bagdadi à Paris", par Christophe DAUPHIN, Poèmes de Abdul Kader EL JANABI

Vers les Terres libres : "William SOUNY, Mayotte suicide !", par Christophe DAUPHIN, Poèmes de William SOUNY

Les Pages des HSE : Poèmes de Elodia TURKI, Paul FARELLIER, Alain BRETON, Christophe DAUPHIN

Avec la moelle des arbres : Notes de lecture par Odile COHEN-ABBAS, Christophe DAUPHIN, Monique W. LABIDOIRE, Gérard CLERY, Paul FARELLIER

Infos / Echos des HSE : avec des textes de Jeanpyer POËLS, Jehan VAN LANGHENHOVEN, Christophe DAUPHIN, Jacques ARAMBURU, Jacques BERTIN, Marie-Christine BRIERE, Alain BRETON, Odile COHEN-ABBAS, Jacques TAURAND, Ilarie VORONCA, Claude ARGÈS

Hommages : G-E CLANCIER (1914-2018) & Oksana SHACHKO (1987-2018), par Christophe DAUPHIN, avec des textes de Georges-Emmanuel CLANCIER, Oksana SHACHKO, Lionel LATHUILLE

Présentation

J’ai rencontré Bernard Hreglich comme l’ont rencontré ceux qui ont croisé sa route : de plein fouet. Sauf qu’il était déjà mort quand ça s’est passé.

J’avais heurté ses livres.

Difficiles à déchiffrer, quelques circonstances perçaient, que lui-même avait choisies.

Bernard Hreglich était né ailleurs, en l’occurrence à Tunis, le 5 février 1943. De son père, il héritait d’un patronyme aux accents croates, avec une ascendance migratoire qu’il situerait « au large du triangle : Venise – Rijeka – Trieste » ; de la toison maternelle, il recevait précocement l’art corse de composer des fantasmes.

D’un souffle de jeunesse il eut un fils ; d’une Gersoise aimée un pays de syllabes et de fruits, de jours et de nuits ; d’une Québécoise Non-Identifiée, une « forme confuse dont nous ne savons rien » mais que les autorités datent du 13 août 1996. C’était sur les hauteurs de Belleville, Paris 20ème.

Au milieu d’eighties électroniques et financières, les médecins avaient voulu déceler dans ses claudications les conséquences d’une pathologie funeste. Il fallait voir qu’il s’agissait en fait de l’extradition d’un masque dans un doublon de lettres : Bernard Hreglich se passait dans l’écriture, mais c’était de haute lutte, en un combat lent et lucide, un désarroi joyeux.

Deux mois après sa mort, Alain Bosquet écrira de lui : « Bernard Hreglich est le poète même du rassemblement onirique des lyrismes actuels. […] Demain, dans un an et dans trente, on se penchera sur ce poète rayonnant et martyr, sans que jamais sa haute inspiration et ses malheurs ne fussent incompatibles ».

Thomas DEMOULIN

(Revue Les Hommes sans Epaules).

*

LA VOIX DE L’EGLANTINE [extrait, 27 décembre 1990]

 

Ce matin, enfin, enfin, j’ai revu tes yeux pâles,

J’ai su qu’il était temps de rencontrer l’éclair ou son frère

Le monstre aux dents si douces. Dire adieu aux pantins

Dont j’ai subi trop patiemment l’odeur nauséabonde

Et les petits espoirs, et les petites haines, et les petits 

   soupçons.

Ils n’auront pas de mal à se passer de moi et puis,

   qu’importe.

 

Je vais vers la merveille. Je vais mourir et l’églantine

S’éclaire d’heure en heure au centre du roncier.

Ma sœur je viens vers toi […]

  

RUMEUR DES OS [circa 1991]

  

Endormie, il semble qu’elle décompose

Le climat, les formes sauvages, pour justifier son

   désœuvrement

Et dans la détestable confusion des signes qu’elle improvise

De subtils frémissements manuels que nul ne nomme

Spectacles. Le Tragique pris comme cible désormais

Et notre vie si longue qu’elle en devient intolérable :

Ces maldonnes sont comprises dans les cadences de ses

   mains.

Ce qui trouble vient d’un monde mille fois désenchanté

Et néanmoins tirant prestige des mystères du veuvage

Avec la belle assurance du guerrier trouvant sa proie

Recluse, mélancolique. Je distingue par miracle

Les paysages de ses veines, la rumeur de ses os ;

Rien de paisible, nul abandon, nul effort allégorique

Pour composer La belle dormeuse. Elle navigue selon

   l’humeur

Entre un monstre infiniment las et les neiges de Croatie,

Le désespoir bosniaque et tant de plaintes à venir

Sous la rouille qui, au hasard, désarticule le premier venu.

*

Bernard HREGLICH

(Poèmes inédits in Les Hommes sans Epaules n°46, 2018).



Revue de presse

Critiques :

" En décembre 2018, la Revue du Mois c’est: Les Hommes Sans Épaules n° 46 !

On commence par la partie centrale ? Bernard Hreglich. C’est Thomas Dumoulin qui a coordonné le dossier. Bernard Hreglich est né à Tunis en 1943 et mort à Paris en 1996. Père et nom d’origine croate. Sa mère s’occupe d’une librairie, elle s’est remariée avec le poète Serge Wellens. Il ne publiera que trois livres de son vivant chez Gallimard (en 1977, 1986, et 1994) et sera malade de la sclérose en plaques.

e dossier est jalonné d’autoportraits et il est fait appel aux témoignages et analyses entre autres de poètes remarquables comme Max Alhau, Werner Lambersy, Lionel Ray et Frank Venaille. Je retiendrai son écriture élégante confinant à la préciosité, une tendance progressive de son écriture vers la fantasmagorie, et le passage d’une prosodie ample à la prose vers la fin de sa vie. C’est ce superbe équilibre des profondeurs que je cherche à atteindre à travers ma poésie… Il écrit par ailleurs : Le principal danger de l’écriture, c’est la vanité. Et il dénonce aussi chez les auteurs le manque d’esprit critique. François de Boisseuil, qui l’a côtoyé et aidé à rédiger, parle dans ses poèmes de paroles mystérieuses où la fuite du sens avait libéré une puissance sourde ou éclatante qui le dominait et qui pouvait le mettre dans la même stupéfaction que le lecteur.

Retour à l’éditorial signé Fernando Arrabal, et cette anaphore : de toute ma vie… avec plus loin deux poèmes : « Je te salue démente ! » et « Requiem pour la mort de Dieu ». Les HSE donnent des poèmes avec toujours des notes biobibliographiques remarquablement complètes, et l’on apprend beaucoup de choses sur les auteurs, ainsi sur Fernando Arrabal, mis à part un nombre considérable de rencontres importantes, la mort de son père sous la dictature franquiste quand il avait dix ans qui a marqué l’écrivain. Également Frankétienne, énorme auteur qui écrit à la fois en français et en haïtien. Mon insomnie barbare dérange la liturgie des ténèbres. Eric Sénécal, créateur des éditions Clarisse : attendre que la crosse de la fougère relève la nuque et Patricia Suescum : L’enfance idéalisée / n’est que le reflet / de la désespérance / de l’adulte trahi.
Retour au début avec deux belles parties consacrées à Erri de Luca, écrivain napolitain fortement impliqué politiquement, et Luis Mizón, poète chilien, avec une vingtaine de pages de son écriture ciselée. Mon poème est un lit défait / bientôt il sortira ses draps à la fenêtre / et le grand matelas familial / prendra le soleil…
Olivier Deschizeaux fait une critique littéraire d’un livre de Lionel Bourg. Harry Szpilmann : Flamme lacunaire. Essart / de vent, ou filet d’air que brasse / une délégation d’ailes / blessées. Alain Brissiaud : lorsque la nuit s’accouple aux gris regrets du soir… Philippe Bajolet écrit des Humaux (mi-hommes, mi-animaux). Ensuite Christophe Dauphin donne une étude sur le poète Abdul Kader El Janabi. Né en 1944 à Bagdad en Irak, il s’exile à Londres en 1970 puis à Paris, deux ans plus tard, lieu à partir duquel il assiste à la suite de contorsions sanglantes dans son pays avec Saddam Hussein puis Daech. Il est au carrefour d’une pensée orientale qui tend à s’affranchir d’un obscurantisme religieux et du surréalisme qu’il a découvert en Europe. Enfin le même Christophe Dauphin fait le point à travers un livre de l’écrivain William Souny de la situation extrêmement délicate de Mayotte où misère et problème migratoire forment le quotidien. Peuple d’oiseaux / cloué par les ailes / à la muraille des lagons…

Je passe toute la partie infos, échos, critiques, éditions… Un scoop cependant : Jacques Aramburu est un pseudo d’Alain Breton !

Pour clore, deux hommages, hors pagination, en tête du volume : Georges-Emmanuel Clancier (1914-2018), auteur du « Pain noir » : la poésie est la tentative et la possibilité d’approche musicale au plus près de la totalité de l’être humain… Egalement :le poème est négation du temps, exaltation de l’instant rendu immobile et illimité… et Oksana Shachko suicidée à 31 ans, Femen et peintre d’icônes complètement réinventées. Les HSE lui avaient consacré une partie dans leur n° 44.

Les Hommes sans épaules demeurent une revue foisonnante, documentée, riche et rayonnante, ouverte aussi bien à la poésie française qu’internationale. "

Jacques MORIN (cf. "La Revue du mois" in dechargelarevue.com, décembre 2018).

*

Le dossier de ce n° 46 des Hommes sans Epaules, coordonné par Thomas Demoulin, est consacré à Bernard Hreglich, mais avant d’en venir à son « réalisme incandescent », lisons un extrait de l’éditorial  de Fernando Arrabal, Dans toute ma vie… :

« Le poète est l’écrivain-ouvrier, polisseur de jaculatoires (du latin jaculari) qui, pour réconcilier la science et l’inspiration, compose avec une rigueur géométrique. Parfois, par erreur, on l’a considéré comme un pionnier de la modernité ou un paladin des sentiments. Le poète trace les lignes de la réalité jusqu’au cauchemar ou la vision inclus. Dès l’origine le poète se sent plus proche d’Euclide ou de G.Y. Perelman que d’Homère ou de W.H. Auden. La superstition, la magie et autres avatars du charlatanisme ou de n’importe quoi provoquent son effroi.

Le poète se fie à la science comme si, dès le commencement, le Verbe avait prévu la génétique actuelle et le clonage. Les mille et une nuits (et un jour) de la poésie permettent la reproduction sans fin.

Le poète ne croit pas à la dualité vie/mort, ordure/nature, merde/ciel. C’est le précurseur du chat de Schrödinger : il voudrait continuer à exister pour toujours et en ce monde, comme s’il était un surdoué tenté par le suicide. »

Thomas Demoulin poursuit d’une certaine manière quand il présente le travail de Hreglich :

« On n’avoue pas qu’on est poète.

Ou alors on l’avoue mal.

C’est le symptôme d’une société qui ne sait plus définir le travail. D’une société qui asservit dans le travail. Monsieur le poète, quel est votre véritable métier ? – à cette mauvaise question, Bernard Hreglich est l’exemple de celui qui n’a rien à répondre, si ce n’est que l’écriture fut sa seule et unique activité, sa liberté la plus réelle. »

Bernard Hreglich (1943 – 1996) s’est totalement engagé en poésie. Architecte de la langue autant qu’artiste du sens, il n’a eu de cesse d’approfondir et d’explorer les possibilités offertes par le Verbe. Ecrire est avec lui un programme de haute vigilance sur les mots qu’il sait vivants et prompts à s’échapper.

« Les manuscrits d’un même poème, nous dit Thomas Demoulin à propos de l’écriture de Bernard Hreglich, (notamment ceux qu’il composa pour les deux livres parus chez Gallimard) constituent souvent une suite d’abondantes variations d’où émerge progressivement une ligne, de plus en plus nette à mesure que l’harmonie se développe. Le résultat final a donc l’épaisseur sensible d’une histoire. Son rythme est lesté par la matérialité des mots et conduit par le fil de la syntaxe. Et sa ligne parvient souvent aux confins du sens, au bord du déchirement où les lois naturelles du langage n’ont plus leur droit et cèdent la place à un possible absolu. »

Voici un extrait de La voix de l’Eglantine :

 

Ce matin, enfin, enfin, j’ai revu tes yeux pâles,

J’ai su qu’il était temps de rencontrer l’éclair ou son frère

Le monstre aux dents si douces. Dire adieu aux pantins

Dont j’ai subi trop patiemment l’odeur nauséabonde

Et les petits espoirs, et les petites haines, et les petits soupçons.

Ils n’auront pas de mal à se passer de moi et puis, qu’importe.

 

Je vais vers la merveille. Je vais mourir et l’églantine

S’éclaire d’heure en heure au centre du roncier.

Ma sœur je viens vers toi […]

 

Bernard Hreglich a peu publié. Il a attendu que les textes soit capables de restituer l’infusion du tragique qu’il recherchait. Il a trente-quatre ans quand il publie, en 1977, Droit d’absence, prix Max Jacob. Puis viennent Maître visage , en 1986, prix Jean Malrieu, Un ciel élémentaire, en 1994, prix Mallarmé. Autant dire jamais ne sera publié qu’après sa mort.

Il avait anticipé l’interprétation qu’on tenterait de faire de son œuvre au lieu de laisser les mots s’envoler et se poser au gré des hasards quantiques :

 

On ira voir dans mes papiers

l’angle sous lequel j’envisageais les pierre

et comment dans mes manières d’être

j’usais la corde jusqu’à l’os.

On trouvera une silhouette

Qui me ressemblera.

 

Avec le beau visage du silence qui tremble

Je ferai semblant d’être mon image.

 

                                                                                          Extrait de Variations d’un devenir

Rémi BOYER (in incoherism.wordpress.com, 19 janvier 2019).

*